BULLETIN MAI 2017

 
 L’Académie tiendra séance les : 


Vendredi 9 juin 2017
Hôtel de Livois

16h00
Séance publique

                                                                    Réception d’un membre titulaire
                                    Eloge de M. Henri Dellacasa par Mme Christine Strullu-Derrien
- « La Paléobotanique à Angers et ailleurs, un regard sur les nouvelles techniques d'étude » par Mme Christine Strullu-Derrien
« Henri-Pierre Delaage, général d'Empire et botanophile.» par M. Daniel Gruau




Vendredi 23juin 2017
Hôtel de Livois
16h00
Séance publique
Organisée par la section Sciences Economiques et Sociétales

Le logement social en France et en Anjou

- « Le logement social d’origine privée avant 1930 » par M. Jean Claude Pavion
- « Le logement social d’origine publique.» par M. Alain Saulnier
- « Intégration de l’habitat social dans un plan d’urbanisme.» par M. Marc Goua, député maire de Trélazé








SÉANCE PUBLIQUE DU 28 AVRIL 2017

La séance se tient à l’université catholique de l’Ouest. Le recteur Dominique Vermersch étant retardé, notre compagnie est accueillie par Patrick Barbier, délégué général à la vie culturelle. Puis, dès son arrivée, M. Vermersch, disant à son tour combien il se réjouit de notre présence, indique qu’il serait très honoré si cette initiative pouvait être renouvelée, proposition acceptée sur le champ par notre président Jean-Pierre Bois. 

Guillaume Le Vern présente ensuite le site internet de la mission patrimoine de l’UCO. 
Cette mission, a pour but de valoriser le patrimoine de l’UCO, patrimoine d’une exceptionnelle richesse, avec des ouvrages (300 000 du 15ème siècle à nos jours, avec notamment ceux provenant des fonds de Mgrs Freppel et Pasquier, ou encore ceux légués par André Charquot, titulaire de la chaire d’hébreu et d’araméen au Collège de France de 1972 à 1994), des instruments scientifiques, des collections de fossiles, plantes et insectes ..., des œuvres d’art. 
Le site qui est présenté à nos confrères est à cet égard un formidable instrument de valorisation de ce patrimoine, en complément des diverses manifestations qu’organise l’UCO à l’effet de le faire connaître.

Georges Le Guillanton détaille ensuite les outils scientifiques de ce patrimoine. Ce sont à la fois des instruments et des collections.
Pour ce qui est des instruments, lors de la création de l’UCO, Mgr Freppel sollicita l’aide d’Edouard Branly, alors professeur à l’Université catholique de Paris, pour déterminer la liste de ceux qui étaient nécessaires aux étudiants et aux chercheurs. Aujourd’hui, 1 500 de ces appareils ont pu être inventoriés et étudiés, parmi lesquels quelques pièces tout à fait originales comme le viscosimètre de Maurice Couette, le pendule de Fernand Charron ou encore le microscope de Jacques Charles. 
Pour ce qui est des collections, elles concernent aussi bien la botanique (herbiers, produits tinctoriaux,…), la géologie (minéralogie, paléontologie,…) et la zoologie (vertébrés et invertébrés, papillons et vers marins, pour l’étude desquels l’UCO bénéficie d’une renommée certaine, à laquelle contribuent les travaux de notre confrère Patrick Gillet).

Comme il l’a été dit, le patrimoine de l’UCO est riche aussi d’œuvres d’art, comme nous n’avons pas manqué de l’observer lors de notre séance. L’amphithéâtre Bédouelle où nous étions accueillis abrite en effet les magnifiques tapisseries de Maurice de La Pintière, des Ténèbres à la Lumière, inspirées par le thème de l’Apocalypse. 
Marie-Claude Rousseau a présenté ces tapisseries avec une compétence et un brio qui ont suscité l’enthousiasme des Académiciens.

Né en 1920, Maurice de la Pintière apprend à dessiner dès son enfance. En 1940, il entre aux Beaux-Arts à Paris. Il réalise alors de nombreux dessins engagés contre l’occupant allemand. Arrêté pour faits de résistance en juin 1943, il est déporté à Buchenwald avant d’être transféré à Dora puis à Bergen-Belsen. 
Après sa libération, il fait plusieurs lavis, peintures très dures en  noir et blanc, dans lesquelles il décrit la vie quotidienne dans les camps de déportation. 
C’est à partir de 1960 que, guidé par Jean Lurçat, il se met à créer des cartons de tapisserie. Ce seront d’abord des peintures animalières puis des œuvres au caractère symbolique marqué, sur des sujets tels que la vie et la mort. En 2003, il entreprend la 

réalisation des quinze cartons de tapisserie, largement inspirés du thème de l’Apocalypse, et qui s’intitulent « Des Ténèbres à la Lumière ». Il y travaillera de 1965 à 1995. Léguées à l’UCO, ces tapisseries sont, comme il l’a été dit supra, exposées dans l’amphithéâtre Bédouelle.
La plupart de ces quinze tapisseries sont alors commentées par Marie-Claude Rousseau, moment d’intense émotion qui donne à voir le cheminement spirituel de l’artiste, marqué à jamais par l’horreur des camps, mais toujours soutenu par la profondeur de sa foi. Proche, sur le plan esthétique de celle de Jean Lurçat, l’œuvre de Maurice de La Pintière est aussi une réflexion à portée philosophique comme en témoignent ces quelques mots que l’on peut lire, tissés sur l’une de ses tapisseries : « Si tu veux être l’étoile dans le ciel ou le feu sur la montagne, sois d’abord la lampe de la maison ».


SÉANCES DU 12 MAI 2017

Sont prÉsents 
Mme Marie-Rose ALBRECHT, M. Gilles d' AMBRIÈRES, Mme Monique ASTIÉ, M. Robert AUDOIN, M. Jean-Pierre BOIS, M. Benoît BOUMARD, M. Pierre BOUVET, M. Christian BRÉGEON, M. Georges CESBRON, M. Lionel COUPRIS, M. Daniel COUTURIER, M. Joseph GIBOIN, M. Daniel GRUAU, M. Claude-Serge GUILLEMAIN, M. Jean HLADIK, M. Jacques-Marie de LATROLLIÈRE, Mme Marie-Magdeleine LE DALL, M. Serge LE POTTIER, M. Gérard LESAGE, M. Jacques MAILLARD, M. Jacques MAUREAU, M. François PIGNIER, M. Bernard RICHE, M. Jacques THOMAS, M. Etienne VACQUET, M. Michel VAISSIER,   membres titulaires

Mme Catherine-Maïten AUSCHITZKY, M. Jean-Louis BEAU, M. Louis-Marie BEAUVOIS, M. Jean Claude BROUILLARD, M. Dominique CHARBONNEL, M. Hubert CHENUT, M. Philippe de FRESNAY, M. Henry-Dominique DERSOIR, M. Rémy GERNIGON, M. Gérald GOBBI, Mme Pascale GRÉMONT, M. Michel GUILLANEUF, Mme Claude GUILLEMAIN, M. Jacques KERYELL, M. Julien KILANGA, Mme Denise LAMAISON, M. Michel LAVÉDRINE, M. Georges LEGUILLANTON,  Mme Christiane MULOCHER-GAIRE, M. Jean-Claude PAVION, M. Michel PENNEAU, M. Jean ROBERT, Mme Jeanne ROGUET-PRIN, M. Jean-Marc SEGUIN, M. François-Michel SOULARD, Mme Maÿlis THURET,   membres associÉs.

S’Étaient fait excusér :
Mme Marguerite Cécile ALBRECHT, M. Olivier d' AMBRIÈRES, M. Yves BARTHET, Mme Yvette DAMS-MONVILLE, Mme Élisabeth du RÉau, Mme Josette FOURNIER, Mme Catherine LESSEUR, M. Guy MASSIN-LE GOFF, Mme Denise-Joëlle REMY, M. Jean-Claude REMY, Mme Florence SOULEZ-LARIVIÈRE,   membres titulaires. 

membre titulaire honoraire 

M. Max BARAT, M. Pierre-Marie BETTON, M. Jacques BIZARD, Mme Françoise BIZARD, M. Jérôme BODIN, M. Raphaël BODIN, M. Gilles BOURDOULEIX, Mme Laurence CHARVOZ, M. Benoît DELTOMBE, Mme Jeanne DUVAL-LE GOFF, M. Pierre-Anne FORCADET, Mme Frédéricque FORCADET-BODIN, M. Jean-Louis GIARD, M. Dominique MAILLARD, Mme Françoise MARMIN, Mme Marie-Thérèse MOIGNET, Mme Hélène POLOVY, Mme Jocelyne RENOU, Mme Sylvette ROBSON, M. Philippe ROCQUET, M. Furcy SOULEZ-LARIVIÈRE, Mme Françoise TÊTU DE LABSADE, M. Guy TRIGALOT, M. Michel VILLEDEY,   membres associÉs. 


SÉANCE PRIVÉE DU 12 MAI 2017

Il est d’abord procédé à l’élection de trois membres associés. Consultée, l’assemblée n’émet ni opposition, ni abstention. Les trois candidats, Alain FOUGERAY, Denis LEIBER et Marc du POUGET sont donc admis en tant que membres associés. 


A cette occasion, Jean-Pierre Bois signale qu’afin de favoriser l’intégration des nouveaux membres, il leur sera demandé d’une part de rejoindre de suite l’une des sections, d’autre part de préparer une communication qui sera programmée dans les meilleurs délais. 
Une candidature est en outre annoncée pour être examinée lors d’une séance à venir, celle de Madame de NAVACELLE. 

Jean-Pierre Bois rappelle ensuite nos prochaines activités et donne quelques informations.

Calendrier 
Le 13 juin, sortie au château du Lude et dans divers jardins.
Il n’y aura pas de séance le vendredi 26 mai. Celle du 9 juin, sera notamment consacrée à la réception, comme membre titulaire, de Christine Strullu-Derrien.
Le 17 juin, réunion interrégionale à Amiens. (Le programme et le bulletin d’inscription ont été  envoyés).
Les 6 et 7 octobre, réunion de la CNA à Paris (Le bulletin d’inscription a été envoyé).
Avril 2018. Voyage en Grèce, a priori aux dates préalablement retenues.

Informations diverses 

Le président Bois remercie nos confrères Patrick Gillet et Georges Le Guillanton qui ont permis le succès du déplacement à l’UCO. Un courrier a par ailleurs été adressé à Monsieur le 	Recteur Vermersch.
Le dossier définitif des statuts a été envoyé au ministère de l’Intérieur. 
La subvention annuelle du Conseil Départemental a été accordée. Un courrier de 	remerciement a été envoyé.

Recensions 

Daniel Couturier présente d’abord l’ouvrage de notre confrère Gildard Guillaume, Jésus et la femme adultère, publié aux éditions Thaddée. C’est le livre d’un avocat rigoureux et d’un historien qui ne néglige aucune source pour contextualiser le célèbre épisode de l’Evangile dans lequel Jésus refusa de condamner Marie Madeleine, « que celui d’entre vous qui n’a jamais péché lui jette la première pierre ». 
On trouve dans cet essai le cadre dans lequel s’inscrit cette histoire, ses acteurs, au premier rang desquels biens sûr Jésus, et enfin la conduite du procès fait à Marie Madeleine. Le tout dans une écriture sobre et efficace. 

Dans les Mémoires 2015 de l’Académie de Nîmes, notre confrère a relevé la communication sur la vie aventureuse d’Emile Rocher, cévenol d‘origine qui, en 1863, rejoint ses parents à Shanghai. A leur décès, avec son frère aîné, il décide de rester en Chine. Ce sera le point de départ d’une extraordinaire destinée qui s’achèvera, quasiment un demi-siècle plus tard, près d’Anduze, dans la belle propriété qu’y avait Emile Rocher, la bien nommée « Mon repos ».




SÉANCE PUBLIQUE DU 12 MAI 2017
	
	Réception de Claude-Serge Guillemain comme membre titulaire

Notre confrère prononce à cette occasion l’éloge de l’abbé Antoine Ruais auquel il succède au fauteuil n°43. 
Le parcours de l’abbé Ruais est rappelé depuis le mois de décembre 1962 où il fut ordonné prêtre jusqu’à sa nomination, en avril 1997, comme conservateur des Antiquités et Objets d’art de Maine et Loire, l’occasion pour lui de mobiliser toute son énergie pour la valorisation de la tapisserie de l’Apocalypse qu’il présentera avec une passion communicative lors de la tenue à Angers, en 2004, de la Conférence nationale des Académies. 
Tout au long de son éloge, Claude-Serge Guillemain rappellera les grands traits de caractère de l’abbé Ruais, un homme modeste, sociable, charitable, chaleureux, animé d’une foi tonique et dynamique. 

Suit une communication sur la question, 
«  La croissance industrielle, quelles sont ses limites ? ».

Que de chemin parcouru depuis les origines, quand, arrivé sur la terre, l’homme vivait de cueillette et de chasse ! Ce sera la découverte de l’énergie avec le feu, puis l’industrialisation, et maintenant la consommation érigée en valeur suprême. Comme le dit notre confrère, nous sommes passés du « je pense donc je suis » de Descartes au « je consomme donc je suis », si ce n’est au « je jette donc je suis ».
Dans cette course effrénée à la croissance, placée en marqueur du bon fonctionnement de nos sociétés, le problème de l’épuisement de notre dotation en matériaux et combustibles se pose avec de plus en plus d’acuité 
Un taux de croissance annuelle de 3% suivra vite en effet une courbe exponentielle qui débouchera sur des impossibilités matérielles.

Face à ce défi, nos ingénieurs et nos chercheurs ont la capacité de réagir. Ainsi, il y a cent ans, existaient déjà des réalisations dans le domaine de l’automobile que l’on nous propose aujourd’hui comme des nouveautés, les véhicules électriques et même mixtes combinant le pétrole et l’électricité. Nantes devenait en 1876 la capitale mondiale du tramway à traction mécanique et le tramway à air comprimé de l’ingénieur Mékarski voyait le jour, dix ans avant l’apparition du premier tramway électrique qui circulera au Canada. 

Pour que la recherche réponde aux multiples renouvellements qu’exige le maintien d’un taux de croissance élevé, encore faut-il veiller à la qualité de leur formation. A cet égard, c’est à l’utilité, si ce n’est à la nécessité, de toujours se référer à la nature qu’appelle la communication de Claude-Serge Guillemain. Plutôt que d’enfermer les élèves et étudiants dans une relation aux écrans et à la « réalité » virtuelle, c’est à leur apprendre à observer la nature que devrait s’attacher leur éducation. Ainsi que le rappelle notre confrère, c’est à l’examen des moisissures provoquées par un champignon, que Fleming en vient à découvrir la pénicilline.
Belle leçon que l’on peut compléter par le rappel de la fameuse et toujours actuelle maxime de Rabelais selon laquelle science sans conscience n’est que la ruine de l’âme. 





« La sociabilité du comte Alfred de Falloux, notable angevin au XIXème siècle » par Gérald Gobbi

La présentation des différentes sociabilités du comte de Falloux permet de rendre compte des facettes diverses de sa personnalité.
C’est d’abord un homme du terroir, un provincial, le type même du notable local du XIXème siècle, que l’on peut suivre dans ses terres du Bourg d’Iré, dans le Haut Anjou, où il se fit construire un château. Là vient sa famille. Au cours des veillées on y évoque Versailles ou encore les souvenirs de la guerre de Vendée. Tout au long de sa vie, Falloux reviendra dans son domaine et y invitera nombre de personnalités nationales, mais aussi locales. Il y rencontrera aussi ses métayers et y mettra en œuvre diverses actions à caractère social. A cet égard, la plus importante est sans doute sa contribution à la fondation de l’hospice Swetchine. 
Notable rural avant tout, Falloux ne tissera guère de relations avec les nouvelles fortunes du monde des affaires qui émergent à son époque dans le milieu du négoce, de l’industrie et de la banque.
Mais lorsqu’il résidait à Paris, dans le quartier de la Chaussée d’Antin, c’est à une sociabilité de type urbain qu’il participe. Il fréquente les salons parisiens et aussi le monde du théâtre. Une opportunité pour élargir le cercle de ses relations sociales. 
Notre confrère aborde également la complexité des rapports de Falloux avec ses parents. Tant avec son père, plutôt autoritaire, qu’avec sa mère, assez peu maternelle, il souligne combien les choses ne sont guère simples.

Au terme de cette communication, Georges Cesbron, après avoir rappelé que Falloux fut président d’honneur de ce qui était alors la société académique du Maine et Loire, évoque l’inimitié entre Falloux et Mgr Freppel. Gérald Gobbi explique à ce propos que le fossé entre les deux hommes révèle la fracture idéologique entre ceux qui, à l’époque de Falloux, dans la sphère du monde catholique, faisaient leur une partie de l’héritage des Lumières, et ceux qui, à l’inverse, condamnaient tout rapprochement entre religion et modernité.
Jacques de Latrollière apporte ensuite de nombreuses précisions et souligne combien les séjours parisiens de Falloux ont été utiles pour une compréhension des énormes changements qu’apportait la révolution industrielle dans l’organisation sociale et les mentalités. Au demeurant les évolutions amenées dans le Segréen avec l’arrivée du chemin de fer ne pouvaient manquer de susciter la réflexion de l’observateur attentif de la société qu’était le comte de Falloux.



Carnet de l’Académie

COTISATIONS 2017
Il est rappelé que les cotisations doivent statutairement être réglées
avant le 31 mars.
Merci à celles et ceux qui ont déjà fait le nécessaire
85 euros pour les membres associés
(85 + 10 euros si envoi bulletin par poste soit 95euros)
100 euros pour les membres titulaires
(95 + 10 euros si envoi bulletin par poste soit 110 euros)
Le Trésorier
Yves Barthet

décès

Nous avons appris le décès de l’épouse de notre académicien, Daniel Couturier, décédée samedi 8 avril 2017
Nous présentons à sa famille l’expression de nos sentiments attristés.

rappel


Réunion de Section 

	Section Histoire
Vendredi 9 juin 2017 à 14h30 (salle 201) attenante à la salle 208, celle des réunions)

Mémoires de 2016
Les Mémoires de 2016 sont disponibles et ont été distribués lors de la séance académique du 10 février 2017. Ils peuvent être désormais retirés au secrétariat.


Annonce academicienne 
Un nouveau livre de notre président : L’abbé de Saint-Pierre aux éditions Champ Vallon


Rencontre-InteracadÉmique
	L’Académie d’Amiens nous invite à la 4ème rencontre des Académies de l’Ouest, membres de la CNA, le 17 juin 2016. Cette rencontre aura pour thème :
 « L’Angleterre et nous : concurrence, influence, rivalité… ».
L’Académie d’Angers sera représentée.


Voyage culturel 
	Sortie annuelle de l’académie le 13 juin 2017 : découverte des parcs et jardins remarquables de l’Anjou, magnifiques écrins de maisons historiques, au Lude et dans le Baugeois, sous la conduite de M. Jacques Bizard.


Conférence Nationale des Académies 
Le prochain colloque annuel de la CNA aura lieu les 6 et 7 octobre 2017 à Paris. 
La date limite pour les inscriptions a été fixée au 30 juin 2017. (voir courriel du 2 mai 2017)



Prochaines communications

Vendredi 9 juin 
	16h00 : Séance publique 
Réception d’un membre titulaire
Eloge de M. Henri Dellacasa par Mme Christine Strullu-Derrien 
- « La Paléobotanique à Angers et ailleurs, un regard sur les nouvelles techniques d'étude» par Mme Christine Strullu-Derrien
- « Henri-Pierre Delaage, général d'Empire et botanophile.» par M. Daniel Gruau
Après une longue carrière dans les armées républicaines de la Révolution et de l’Empire, Henri-Pierre Delaage s’est passionné pour les roses dont il a été un obtenteur reconnu.


Vendredi 23 juin
	15h00 : Séance privée
	16h00 : Séance publique 	
Séance publique organisée par la section Sciences Economiques et Sociétales
Thème : Le logement social en France et en Anjou.

- « Le logement social d’origine privée avant 1930 » par M. Jean Claude Pavion,
- « Le logement social d’origine publique » par M. Alain Saulnier,
- « Intégration de l’habitat social dans un plan d’urbanisme.» par M. Marc Goua, député maire de Trélazé.


Gérard LESAGE
Secrétaire général

Directeur de la Publication : Jean—Pierre BOIS.
Imprimé par nos soins.
ISSN : 1294-7938								 
Dépôt légal MAI 2017		
Nouveau numéro de téléphone	     Tél.   : 02. 41 .39. 13.61.
Courriel : academie-dangers@wanadoo.fr
angers.academie@orange.fr
	Site Web : www.academie-dangers.fr
mailto:academie-dangers@wanadoo.frmailto:angers.academie@orange.frhttp://www.academie-dangers.fr/shapeimage_2_link_0shapeimage_2_link_1shapeimage_2_link_2