Bulletin janvier 2017

 



	 L’Académie tiendra séance les : 


Vendredi 27 janvier 2017
Hôtel de Livois

15h00
                                                                                                    Séance privée

                                                                                              16h00
Séance publique

« Yolande d’Aragon » par M. Michel Penneau


« Gilles de Retz et le château de Champtocé. » par M. Philippe de Fresnay.» 



Vendredi 10 février 2017
Hôtel de Livois




                                                                                                16h00
Séance publique

- « L’Iconographie des boiseries de la cathédrale d’Angers » par M. Clément Savary

- « Panorama sur les chaires à prêcher aux XVIIe et XVIIIe s en Anjou. » par M. Etienne Vacquet



Hommage

	Michel Gaudin, Secrétaire général de l’Académie de 1985 à 2000, nous a quittés, le 6 décembre 2016, et nous en avons tous été affectés.
	Né en 1923, Vendéen d’origine, mais achevant ses études de droit à l’Université Catholique de l’Ouest, Michel Gaudin était vite devenu le plus angevin des Angevins, citoyen multiforme d’une ville que sa première position de rédacteur, « au service de la vérité des faits » selon son expression, puis la direction de la Rédaction d’Angers du Courrier de l’Ouest lui avaient fait connaître mieux que tout autre de ses habitants. Homme de relations et d’ouverture à tous, il aimait tout : la musique, l’écriture, la lecture, la spiritualité, l’actualité, la vie politique, la vie associative. Il était l’ami des préfets et du maire, du général Favreau et de Monseigneur Orchampt, de Jean Bauer, de Viviane Huchard et d’Alain Richer… Mais il était aussi de la Société des Concerts populaires, de Connaissances du Monde, donnait des cours à l’IUT de gestion, contribuait au journal des paroisses Vielles rues, Jeune cité, il était membre des Conseils d’Administration du Crédit mutuel, de la Caisse d’Epargne, et du Courrier de l’Ouest, bien évidemment.

	Membre associé de l’Académie en 1977, il en était devenu membre titulaire le 11 janvier 1985, sur la proposition du professeur Ménard, et avait aussitôt accepté de devenir membre de son Conseil d’Administration, et d’en être le Secrétaire général, fonction exercée jusqu’en 2000, pendant quinze ans, auprès de sa Présidente Françoise Poirier-Coutansais, puis de son Président Jean-Claude Rémy. « Trois quinquennats », disait-il lui-même, dont il retenait deux dates, celle du vendredi 10 mai 1985, avec la célébration solennelle du troisième centenaire de l’Académie d’Angers, dont les actes publiés en 1987 donnent le détail ; et le lundi 12 septembre 1994, avec la visite rendue à l’Académie de la Rochelle, au cours de laquelle il avait présenté l’histoire de notre compagnie. Le dévouement, la haute culture et les qualités humaines de Michel Gaudin convenaient à la charge de faire vivre l’Académie, dont il rédigeait le Bulletin mensuel, le rapport d’activité annuel, les recensions de lectures. Une Académie qu’il n’a quittée que lorsque sa santé ne lui a plus permis de l’accompagner. 

	Au cours de la séance solennelle du 9 mars 2007, que lui-même, avec une grande modestie, a appelée simplement une « séance d’un style inhabituel », un diplôme d’honneur avait été remis à Michel Gaudin. Un hommage auquel je m’associe pleinement : il se trouve que j’occupe son fauteuil, le numéro 59. C’est un honneur, une responsabilité, et aujourd’hui une grande émotion.


Jean-Pierre Bois





SÉANCE PUBLIQUE DU 16 DECEMBRE 2016

« Comme l’avait annoncé le président Jean-Pierre Bois lors de l’assemblée générale du 26 février, la séance du 16 décembre a constitué un magnifique point d’orgue pour l’année 2016 ».

Après avoir remercié chaleureusement le Conseil départemental qui a permis que l’Académie tienne séance dans le cadre prestigieux de la Collégiale Saint Martin, et accueilli, comme membres associés, Mme Lise Rodriguez, et MM. Raphaël Bodin, Gilles Bourdouleix et Patrick Redslob, le président donne la parole à notre consoeur Yvette Dams-Monville.
 
« Proust et la musique » par Mme Yvette Dams-Monville
C’est devant une assistance très nombreuse et particulièrement attentive, que notre consoeur, a présenté sa communication, illustrée grâce au concours de Monique Astié, par une série de magnifiques photos recréant le monde enchanté et féerique de l’écrivain.

Dans son roman La Prisonnière, Proust écrit : « La musique est l’exemple unique de ce qu’aurait pu être, s’il n’y avait pas eu l’invention du langage, la formation des mots, l’analyse des idées, la communication des âmes ».
Tout au long de sa vie, Marcel Proust a parlé avec bonheur de musique. Homme du monde, allant de théâtres en salons, il a pu écouter les plus prestigieux musiciens interprétant Schumann, Wagner, Vincent d’Indy et Fauré. Il a admiré particulièrement Beethoven, et, ayant une prédilection toute particulière pour le violon, a aimé passionnément la musique de chambre.
Lors de concerts tenus à Paris, il a pu entendre les deux formations les plus prestigieuses de cette époque dans ce genre musical : les Quatuors Capet et Poulet.
Lorsque, épuisé par son asthme, Marcel Proust ne peut plus sortir et doit pour l’essentiel demeurer reclus dans sa chambre, c’est chez lui, au 102 boulevard Haussmann, puis au 44 rue Hamelin, sa dernière demeure, dans des conditions particulières donc, qu’il a pu entendre, le quatuor en ut dièse mineur n°14, op 131 de Ludwig Van Beethoven et le quatuor en sol mineur op. 10 de Claude Debussy.
Le quatuor n° 14 opus 131 en ut dièse mineur fut esquissé au plus tôt en décembre 1825 à Vienne. Achevé en 1826, quelques mois avant la mort de Beethoven, il est l’avant dernier de ses quatuors à cordes. Quant au quatuor en sol mineur op. 10 de Debussy, il fut écrit en même temps que son œuvre célèbre commandée pour les ballets russes : « Le prélude à l’après-midi d’un faune ».
 
Grâce au quatuor « Capriccio », avec Cécile Agator et Laurence Delvesco violons, Flore-Anne Brosseau alto et Samuel Etienne violoncelle, nous avons pu revivre ces moments magiques.






SÉANCE PUBLIQUE DU 13 JANVIER 2017

Sont prÉsents 
Mme Monique ASTIÉ, M. Robert AUDOIN, M. Yves BARTHET, M. Régis de BELENET, M. Jean-Pierre BOIS, M. Pierre BOUVET, M. Christian BRÉGEON, M. Georges CESBRON, M. Lionel COUPRIS, Mme Yvette DAMS-MONVILLE, Mme Élisabeth du RÉau, M. Joseph GIBOIN, M. Daniel GRUAU, M. Claude FERRAND, Mme Josette FOURNIER, M. Claude-Serge GUILLEMAIN, M. Serge LE POTTIER, M. Gérard LESAGE, Mme Catherine LESSEUR, M. Jacques MAILLARD, M. Jacques MAUREAU, M. Michel PECHA-SOULEZ, M. François PIGNIER, M. Jean-Claude REMY, M. Bernard RICHE, M. Alain SAULNIER, M. Jacques THOMAS, M. Michel VAISSIER,   membres titulaires


M. Georges TIRAULT, membre ÉmÉrite 

M. Pierre ALLAIN, Mme Christiane ASTOUL, M. Louis-Marie BEAUVOIS, M. Michel BERNARDIN, Mme Françoise BIZARD, M. Philippe BONEF, M. Yves CADOU, Mme Maryvonne CHANTEUX, M. Jean Paul DARDUN, M. Jacques de BELENET, M. Philippe de FRESNAY, M. Arnaud de LA METTRIE, M. Benoît DELTOMBE, M. Henry-Dominique DERSOIR, M. Yves DURAND, M. Daniel GARANDEAU, M. Rémy GERNIGON, M. Jean-André GOUYETTE, M. Michel GUILLANEUF, Mme Claude GUILLEMAIN, M. Gérard JACQUIN, M. René JAMES, M. André JOUBERT, Mme Denise LAMAISON, M. André LARDEUX, M. Michel LAVÉDRINE, M. Jacques LE BRETON, M. Philippe LE PICART, M. François LECOQ-VALLON, Mme Françoise LIZÉ-DUBOIS, M. Dominique MAILLARD, Mme Fabienne MARTEAU, Mme Christiane MULOCHER-GAIRE, M. Jean-Claude PAVION, M. Michel PENNEAU, Mme Hélène POLOVY, M. Patrick REDSLOB, Mme Joëlle REMY, M. Charles-Marie RÉYÉ, M. Jean ROBERT, M. François-Michel SOULARD, M. Furcy SOULEZ-LARIVIÈRE,   membres associÉs.



S’Étaient fait excusér :
M. Olivier d' AMBRIÈRES, M. Benoît BOUMARD, Mme Margreet DIELEMAN, Mme Marie-Claude GUILLERAND, M. Jacques-Marie de LATROLLIÈRE, Mme Marie-Magdeleine LE DALL, Mme Florence SOULEZ-LARIVIÈRE,   membres titulaires. 

M. Jacques CHOPIN,   membre ÉmÉrite 

M. Jacques BIZARD, M. Dominique CHARBONNEL, Mme Laurence CHARVOZ, M. Grégoire DUVAL, Mme Jeanne DUVAL-LE GOFF, Mme Marie-Thérèse MOIGNET, Mme Jocelyne RENOU, Mme Sylvette ROBSON, M. Philippe ROCQUET, Mme Françoise TÊTU DE LABSADE, M. Guy TRIGALOT,   membres associÉs. 


La séance est consacrée à l’intervention de deux membres extérieurs à l’Académie :

-	Joël Glaziou ; professeur de lettres, animateur de la revue Harfang, il est l’auteur de nombreux articles sur les nouvelles françaises contemporaines ainsi que d’un roman (Ce fut une messe en forme de corrida),
-	Alain Jacobzone ; professeur d’histoire, il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages, notamment sur la Première guerre Mondiale (En Anjou loin du front) et la déportation en Maine et Loire (L’éradication tranquille). Depuis 2009 il préside l’Université angevine du temps libre.



	- « Nouvelles-promenades en pays d’Anjou » par M. Joël Glaziou, professeur de lettres, animateur de la revue "Harfang"

C’est à une promenade littéraire et buissonnière an pays d’Anjou que nous convie cette communication, émaillée de la lecture de plusieurs extraits de nouvelles, comme par exemple celle d’Alexandre Dumas, «  Blanche de Baulieu » qui raconte un épisode de la guerre de Vendée et décrit le paysage de bocage dans lequel se déroule l’intrigue. Ce sera  ensuite, avec «La fauvette bleue «  de Théodore Pavie, un  témoignage sur la vie des paysans de l’Ouest et une présentation du site de la Pierre Bécherelle. 
Avec « Les yeux tristes » de René Bazin, c’est l’île de Béhuard et l’inondation de 1900 qui s’offrent à notre attention. René Bazin encore, avec une trentaine de nouvelles, nous permet d’imaginer aussi les paysages ardoisiers de Trélazé, cependant que plus généralement il dresse un tableau de la campagne angevine au début du XXème siècle. Ce seront encore les derniers moulins qui revivent avec Emile Joulain, l’embâcle de la Loire avec Hervé Bazin, etc...

Comme l’a souligné aussi Joël Glaziou, tous les grands romanciers ont écrit des nouvelles, ainsi Julien Gracq. On voit par-là que, genre à part, mais aussi à part entière, la nouvelle permet de lire l’histoire et la géographie d’un paysage. 

- « Verdun, la Somme : deux batailles inséparables » par M. Alain Jacobzone, président de l’UATL

Durant la Première Guerre Mondiale, l’année 1916 est marquée par deux énormes batailles, Verdun et la Somme. Deux batailles qui, en dépit des moyens engagés et des pertes subies, ne seront guère décisives, deux batailles aussi qui marquent une rupture majeure dans la conduite de la guerre.
Déclenchées à quelques mois d’intervalle, Verdun et la Somme sont, pour reprendre l’expression de François Cochet, deux « hyper batailles » qui se différencient radicalement des combats antérieurs, par la longueur des fronts, l’ampleur des moyens humains engagés, la violence de l’affrontement, l’énormité des pertes, le rôle majeur donné à l’artillerie, l’influence déterminante de la logistique. On est ici en présence de batailles de matériel, dans lesquelles c’est le rythme des industries d’armement qui donnent le tempo des combats. 
Le pire est que ce seront des combats où de l’ordre de deux millions d’hommes perdirent la vie et que cette hécatombe ne servit à rien d’autre qu’à avancer ou reculer de quelques kilomètres. Joffre parlera de « grignotage » pour définir l’objet des combats. Il n’est plus question d’espérer, comme cela avait été le cas au début des combats, rompre les lignes de l’adversaire. D’abord parce que, aussi bien à Verdun que sur la Somme, il avait été décidé de tenir quel que soit le prix. Mais aussi parce que, contrairement à ce que pensaient les états-majors, l’artillerie ne pouvait à elle seule anéantir l’adversaire, et que en dépit du déluge d’obus envoyés sur l’adversaire, les fantassins qui partaient à l’assaut rencontraient encore une résistance imprévisible et effroyablement meurtrière. 




Convocation pour l’Assemblée générale du 24 février 2017

Le port de la médaille est souhaité
	
L’Assemblée Générale de l’Académie se tiendra dans la salle des séances
Vendredi 24 février 2017 à 15h00
	
	Assemblée Générale Ordinaire
		Ordre du jour :
1.	Rapport d’activités de l’année 2016, vote 
2.	Rapport financier 
		- Comptes de l’année 2016, vote
		- Budget 2017, vote
		- Cotisations 2018, vote
3.	Rapport moral



Carnet de l’Académie

décès

Nous avons appris les décès de :
- Mme Micheline GUERLESQUIN, membre titulaire de notre Académie depuis 2001 et honoraire depuis 2011, à l'âge de 88 ans, en décembre 2016,
- L’épouse de notre académicien, le général Jacques de BELENET, décédée dimanche 1er janvier2017
Nous présentons à leurs familles l’expression de nos sentiments attristés.     


rappel
Réunion de Section 
	Section Sciences Economiques et Sociétales
Vendredi 10 février 2017 à 14h30 (salle 201)

Prochaines communications

Vendredi 24 février 2017
	15h00 : Assemblée Générale Ordinaire
	16h00 : Séance publique
- « Laennec, une oreille en or. » par M. Jean-Marie Limal. 
- « La médecine et Chateaubriand » par M. Jacques Rouesse

Vendredi 10 mars 2017
	16h00 : Séance publique organisée par la section Lettres
- « René d’Anjou : le mortifiement de vaine plaisance.» par M. Gilles Roussineau
- « Le chevalier du Tertre de Sancé » par Mme.Jeanne de Gerin-Ricard





Gérard LESAGE
Secrétaire général

Directeur de la Publication : Jean—Pierre BOIS.
Imprimé par nos soins.
ISSN : 1294-7938								 
Dépôt légal janvier 2017		
Nouveau numéro de téléphone	     Tél.   : 02. 41 .39. 13.61.
Courriel : academie-dangers@wanadoo.fr
angers.academie@orange.fr
	Site Web : www.academie-dangers.fr
mailto:academie-dangers@wanadoo.frmailto:angers.academie@orange.frhttp://www.academie-dangers.fr/shapeimage_2_link_0shapeimage_2_link_1shapeimage_2_link_2

Retour à l’accueil