L’Académie tiendra séance le : 


Vendredi 8 février 201»
Hôtel de Livois

16h00
Séance publique

                                                « La dualité des forces de sécurité en France.»
                                                                                 par M. Serge Quentin. 

                    - « Démographie des personnes âgées dépendantes en 2020-2040. A quoi faut-il s'attendre ? » 
                                                                                            par M. Christian Brégeon


Vendredi 15 février 2013 
Hôtel de Livois

16h30

Concert public
organisé par les musiciens de la section Arts
  (plus d’informations à la fin du bulletin)


Vendredi 22 février 2013
Hôtel de Livois
(Le port de la médaille est souhaité)
                                                                                                              15h00
Assemblée Générale Ordinaire

Séance publique
16h00
                                                                    - Remise du prix de la vocation

16h30
                                                                        - Réception de deux nouveaux titulaires 
au fauteuil n° 5
                                             M. Michel Pécha-Soulez qui fera l éloge de M. Jean Lambert 
- « Des rites funéraires au Moyen Âge central, de la mémoire à l’accumulation, la recherche d’un salut moins angoissé. »

au fauteuil n° 52
                                            M. Régis de Belenet qui fera l éloge de M. Jean Millet 
                                    « Un conflit de basse intensité : la Révolte afar des années 90 à Djibouti. »



SEANCE PUBLIQUE DU 14 DECEMBRE 2012

Sont présents 
Mme Marie -Rose ALBRECHT, M. Gilles d' AMBRIERES, M. Olivier  d' AMBRIERES, Mme Monique ASTIE, M. Benoît BOUMARD, M. Pierre BOUVET, M. Christian BREGEON, Mme Monique CATTA, M. Georges CESBRON, M. Jacques CHOPIN, M. René COMBRES, M. Philippe DAIN, Mme Yvette DAMS MONVILLE, Mme Elisabeth du Réau de la Gaignonnaire, M. Maurice FAES, Mme Josette FOURNIER, M. Guy LAMAISON, M. Jacques Marie de LATROLLIERE, Mme Marie-Magdeleine LE DALL, M. Serge LE POTTIER, Mme Catherine LESSEUR, M. Jacques MAUREAU, M. Jean Claude REMY, M. Jean Claude RENIER, M. Bernard RICHE, M. Edmond RUBION, M. Jacques THOMAS, M. Etienne VACQUET, Mme Elisabeth VERRY. membres titulaires. 

M. Robert AUDOUIN, M. Max BARAT, M. Raymond BATTAIS, M. Louis Marie BEAUVOIS, Mme Véronique de BECDELIEVRE, M. Régis de BELENET, M. Roger BOISSEAU, M. Yves CADOU, M. Jérôme CAMBON, Mme Maryvonne CHANTEUX, M. Lionel COUPRIS, M. Raphaël COURANT, M. Jean- Luc DAVY, M. Benoît DELTOMBE, Mme Margreet DIELEMAN, Mme Jeanne DUVAL-LE GOFF, Mme Claude GARÇON, Mme Jeanne de GERIN-RICARD, M. Jean GRELON, M. Daniel GRUAU, M. Claude Serge GUILLEMAIN , Mme Claude GUILLEMAIN, M. Gérard JACQUIN, M. Bernard du JONCHAY, M. Jacques KERYELL, Mme Denise LAMAISON, M. Michel LAVEDRINE, M. François LECOQ-VALLON, M. Didier LEROY, M. Jean Marie LIMAL, Mme Françoise LIZE-DUBOIS, M. Pierre MACHEFER, M. Jean MALLET, Mme Christiane MULOCHER-GAIRE, Mme Elisabeth d' ORSETTI, M. Samih OSTA, M. Michel PECHA, M. Michel PENNEAU, Mme Hélène POLOVY, M. Louis de QUATREBARBES, M. Serge QUENTIN, Mme Joëlle REMY, Mme Jocelyne RENOU, M. Georges REVERDY, M. Charles-Marie REYE, M. Pierre SCHMITT, Mme Maÿlis THURET, M. Claude TROUVELOT, Mme Anne de VAUTIBAULT.  membres associés. 

Se sont excusés :
Mme Marguerite Cécile ALBRECHT, M. Yves BARTHET, Mme Simone BEGUIER, M. Daniel COUTURIER, M. Henri DELLACASA, M. Claude FERRAND, M. Dominique LAMBERT DE LA DOUASNERIE, M. Xavier MARTIN, Mme Florence SOULEZ-LARIVIERE, M. Georges TIRAULT, M. Michel VAISSIER.  membres titulaires. 

M. Jérôme BODIN, M. François BOULETREAU, M. Henri BRAULT, M. Dominique CHARBONNEL, Mme Laurence CHARVOZ, M. Pierre COULON, M. Henry Dominique DERSOIR, M. Jean Pierre DUCOMMUN, M. Grégoire DUVAL, M. Pierre Anne FORCADET, Mme Frédéricque FORCADET-BODIN, M. Michel GRANDIN, Mme Monique de LAROCHEFORDIERE, Mme Christine LEDUC-GUYE, M. Dominique MAILLARD, Mme Marie Thérèse MOIGNET, M. Yves NAUD, M. Henri PECHOT, M. Geoffrey RATOUIS, M. Furcy SOULEZ-LARIVIERE. membres associés. 

		Avant le début de la séance, M. Etienne VACQUET a présenté les grandes lignes d’une recherche visant à appréhender différents aspects des édifices cultuels angevins. Une liste de pistes de réflexion pourrait permettre d’aboutir à un colloque académique interdisciplinaire. Il s’agirait de la richesse artistique de ces édifices à travers le décor peint, la sculpture végétale, les vitraux, et la vision novatrice de l’art religieux entre les deux guerres. Quelle est leur place dans la société, quel est leur impact dans la pensée collective du moment ? Quelle est l’origine des paroisses et leur raison d’être ? Comment gérer aujourd’hui les églises et assurer leur restauration quand elle est devenue nécessaire ? Quelle attitude adopter vis-à-vis des autres cultes ?
	Pour avancer dans ces directions, il importe de constituer des groupes de travail par secteur de réflexion avec des dates précises de rencontre, en principe le vendredi à l’occasion des réunions académiques. 					

	C’est en présence d’une nombreuse assistance que le Président a ouvert la séance. Il a donné à l’assemblée plusieurs informations :
- M Jean LECLERC, ancien journaliste, qui était membre associé depuis 1960, est décédé au cours des dernières semaines,
- les insignes de commandeur de la Légion d’Honneur ont été remis à Mme Monique ASTIE, présidente de la section sciences, par le général Michel Lavédrine, le 7 décembre,
- le Conseil d’Administration, au cours de sa réunion du 22 novembre dernier, a fixé le programme du premier semestre 2013 et examiné plusieurs candidatures comme  membres associés. Il s’est penché sur le problème de l’animation des sections et de l’usage du site internet.
	M Bernard du JONCHAY, Mme Véronique de BECDELIEVRE, et M. Samish OSTA, nouveaux membres associés, ont pris séance dans notre compagnie.

	L’animation de la séance a été confiée à M. Georges CESBRON et à Mme Monique CATTA qui président la section Lettres, autour du thème « le Théâtre populaire en Anjou au XX° siècle ».
M. CESBRON a rappelé qu’un colloque universitaire s’était tenu à Angers sur ce sujet, la première journée avait été consacrée à l’époque médiévale et la seconde à la période contemporaine (J.L. Marais, le théâtre dans les patronages (1920-1950), le théâtre dans les paroisses (1950-1980), et Jacques Boislève, le théâtre dans les Mauges). Mme CATTA a recommandé la lecture d’un livre déjà ancien paru en 1885 de M. Queruau-Lamerie sur la période 1755-1825 qui cite certaines pièces dont « le bon Angevin ou l’hommage du coeur » (cs Mémoires de l’Académie 1983-1984 p.29) et « le seigneur d’Anjou » écrite par le conventionnel Collot d’Herbois, qui était l’auteur de l’almanach du Père Gérard, « les détenus » du citoyen Papin, et « le siège et la prise de Cholet ».
	Deux orateurs sont intervenus, Mme Jocelyne RENOU et M. Jean-Luc DAVY. M Etienne VACQUET, président de la section Arts, a évoqué pour sa part la présence de rideaux de scènes dans plusieurs communes du département, comme le théâtre Notre Dame de Daumeray, Notre Dame de La Salette à la Bohalle, la salle Saint Joseph à Champigné, et également à Ecouflant et à la Séguinière.

«René Rabault, héraut du théâtre amateur angevin. » par Mme Jocelyne Renou
	René Rabault, né à Angers, en 1910, crée en 1939 une troupe : la compagnie du Masque au Genêt qui anima la vie culturelle angevine jusqu'en 1962. Plusieurs personnalités ont inspiré son œuvre : son père, décorateur de théâtre et par la suite : Jacques Copeau, Henri Ghéon et Paul Claudel.
	Auteur, il a écrit une dizaine de pièces d'inspiration chrétienne. Ses spectacles de plein air fédéraient les troupes et les habitants de la ville à laquelle ils étaient destinés. Ce théâtre trouvait place dans les congrès et grands rassemblements religieux de l'époque. De nombreux compliments sont venus récompenser ce travail de création. Il écrivait en tant que comédien et en fonction de la mise en scène qu'il avait déjà en tête.
	Il concevait les décors et les construisait dans l'atelier de son père dont il avait pris la succession. Plusieurs décors ont été primés à Paris par des directeurs de théâtre (Châtelet, Chaillot...), par des décorateurs, dramaturges et metteurs en scène. Les décors du Noël sur la place d'Henri Ghéon ont été exposés au Musée des Arts décoratifs du Louvre.
	Le spectacle le plus marquant a certainement été Le Chemin de Croix de Paul Claudel, joué pendant douze ans en France et en Allemagne, notamment à la Waldbhüne de Berlin, en 1952, devant cinquante mille spectateurs et diffusé à la Télévision française le Vendredi Saint de la même année.

	Nous n'oublierons pas qu'il a également été, en 1951, à l'origine du Festival d'Anjou.

- Le théâtre populaire en Anjou : l'exemple de Daumeray avec Rouget le Braconnier » par M. Jean Luc Davy
Le théâtre populaire en Anjou a une histoire très ancienne et continue encore, en 2012, dans de nombreuses communes du Maine et Loire.
Daumeray suit cette tradition et met en exergue son histoire locale avec Rouget le Braconnier jouée dans la version actuelle depuis janvier 1971. Après 42 saisons écoulées et 15 représentations annuelles, ce sont plus de 115.000 spectateurs qui sont venus dans le théâtre paroissial dénommé Jules Davy, l’auteur de cette version.
En effet, Louis Rouget dit le Braconnier, né à Notre Dame du Pe (Sarthe) le 20 avril 1817, vivait à Daumeray à La Démenerie avec Marie son épouse et leurs deux enfants, Louis et Victor. Tisserand à domicile, journalier et le plus souvent braconnier, Rouget vivait pauvrement comme beaucoup de personnes de la campagne. Dans un milieu de bocage et de forêts, le gibier abondait et il était facile de le vendre dans les auberges. Avec cet argent gagné facilement, la famille pouvait acheter un peu de nourriture, de vêtements et des « munitions ».
Mais, pour arrêter ce braconnage, la loi sur la chasse de 1844 obligeait à acquérir le permis de chasse au prix de 1000 francs. Cette somme énorme pour qui travaillait à la journée, gagnant 15 ou 20 sous, n’était pas même envisageable. Louis Rouget continuait donc son braconnage avec ses camarades dont Victor Poirier dit Le Potard.
Les gendarmes étaient actifs et désormais présents avec l’installation de la gendarmerie impériale à Daumeray en 1852. Surpris en action de chasse le dimanche 9 juillet 1854, vers 15 heures, dans le bois de l’Abbaye jouxtant la gendarmerie, Rouget voulut se soustraire à l’action de la justice en tirant deux coups de fusil sur le gendarme Jean Javelle. Dès lors, il s’enfuit dans les bois et commence alors une aventure de 33 mois pendant laquelle le braconnier vivait aidé des voisins au nez et à la barbe des gendarmes.
Dénoncé et trahi par Jeanne Milcent, il est arrêté en janvier 1857 au Palais de justice du Mans d’où il est transféré à Angers. Un arrêt de la Cour d’Assises de Maine et Loire de février 1857 condamne Rouget au bagne à perpétuité et il est envoyé en Guyane.
L’histoire ne s’arrête pas là. En 1884, Ferdinand-Jacques Hervé-Bazin, sous le pseudonyme de Saint-Martin, publie un roman sur le personnage, roman paru en feuilleton, dans le Petit Anjou, donnant naissance à une pièce de théâtre écrite par l’abbé Pineau, curé de Champigné, en 1916. Cette version est jouée dans de nombreuses communes et aussi à Daumeray jusqu’en 1960.
La version actuelle, avec une centaine d’acteurs, permet depuis 1971 de continuer cette tradition en élargissant à d’autres spectacles notamment en extérieur avec plus de 150 acteurs.
Cette histoire donne une véritable identité patrimoniale à la commune et joue un rôle très positif de convivialité dans la population avec le mélange des générations et des professions.
Daumeray s’identifie à Rouget par le Théâtre qui porte son nom, une rue, l’hôtel restaurant et la station services de carburant « Relais Rouget le Braconnier »


Extraits des débats 

	Au cours de la discussion qui a suivi, Mme Elisabeth VERRY a tenu à souligner l’importance du legs fait par René Rabault aux Archives départementales auxquelles il a laissé ses décors, ses notes, ses dessins, ses carnets, ses photos, et l’enregistrement du « Chemin de Croix ». M. Jacques de Latrollière a apporté deux précisions : d’une part, la collection de décors de Saint Paul des Bois a pu être constituée grâce au curé du lieu qui avait fait l’acquisition du fonds du décorateur Faucheux, d’autre part, la sensibilité locale à l’aventure de Rouget le Braconnier trouve son origine dans la misère de la population rurale qui s’identifiait dans cette pièce aux conditions de vie de l’époque. M. Jean-Luc DAVY a insisté ensuite sur le rôle joué par le théâtre populaire dans les communes ; il permettait à la jeunesse de s’exprimer dans une gestuelle et d’acquérir de l’aisance dans l’expression. Les déguisements utilisés dans les théâtres des communes, des patronages, et à Angers, venaient souvent du commerce du frère de René Rabault qui était costumier. M. Roger BOISSEAU a rappelé que pendant longtemps les troupes étaient composées, soit de garçons, soit de filles ; «Le Masque au Genêt » sera la première troupe mixte.
Le chanoine Jean GRELON intervint pour signaler avoir été élève, aux cours municipaux, de René Rabault qui y professait la gestuelle et insistait sur la bonne articulation des mots.               

SEANCE PUBLIQUE DU 11 JANVIER 2013

Sont présents 
Mme Marie -Rose ALBRECHT, Mme Marguerite Cécile ALBRECHT, M. Olivier  d' AMBRIERES, Mme Monique ASTIE, M. Yves BARTHET, M. Benoît BOUMARD, M. Pierre BOUVET, M. Christian BREGEON, Georges CESBRON, M. Jacques CHOPIN, M. René COMBRES, M. Daniel COUTURIER, M. Philippe DAIN, M. Henri DELLACASA, M. Claude FERRAND, Mme Josette FOURNIER, M. Guy LAMAISON,  M. Luc LARGET-PIET, M. Jacques Marie de LATROLLIERE, M. Serge LE POTTIER, Mme Catherine LESSEUR, M. Jacques MAILLARD, M. Jacques Henri MARTIN, M. Jacques MAUREAU, MM. Jean Claude REMY, M. Jean Claude RENIER, M. Bernard RICHE, M. Philippe SEJOURNE, Mme Florence SOULEZ-LARIVIERE, M. Jacques THOMAS, M. Georges TIRAULT, M. Michel VAISSIER. membres titulaires.

M. Jean Millet membre d’honneur 

M. Robert AUDOUIN, M. Max BARAT, M. Raymond BATTAIS, M. Louis Marie BEAUVOIS, M. Régis de BELENET, M. Pierre Marie BETTON, M. Jacques BIZARD, Mme Françoise BIZARD, M. Roger BOISSEAU, M. Pierre BON, M. Yves CADOU, Mme Maryvonne CHANTEUX, M. Lionel COUPRIS, M. Benoît DELTOMBE, Mme Jeanne DUVAL-LE GOFF, M. Gérard GAILLY, M. Michel GRANDIN, M. Jean GRELON, Mme Pascale GREMONT, M. Michel GUILLANEUF, M. Claude Serge GUILLEMAIN , Mme Claude GUILLEMAIN, M. Gérard JACQUIN, Mme Monique JOLLIVET, M. Bernard du JONCHAY, M. Jacques KERYELL, Mme Denise LAMAISON, M. Michel LAVEDRINE, M. François LECOQ-VALLON, M. Georges LEGUILLANTON, M. Didier LEROY, M. Pierre MACHEFER, M. Dominique MAILLARD, M. Jean MALLET, Mme Chantal MAUGEAIS, M. Jean MAUGEAIS, Mme Marie Thérèse MOIGNET, M. Samih OSTA, M. Michel PECHA, M. Charles -Marie REYE, M. Jean ROBERT, Mme Jeanne ROGUET-PRIN, M. Furcy SOULEZ-LARIVIERE, M. Noël Yves TONNERRE, M. Claude TROUVELOT.  membres associés. 


 M. Patrick Gillet, M. Philippe Bonef  invités

Se sont excusés :
Mme Simone BEGUIER, Mme Monique CATTA, Mme Yvette DAMS-MONVILLE, Mme Elisabeth du Réau de la Gaignonnaire, M. Maurice FAES, Mme Marie-Magdeleine LE DALL, M. François PIGNIER. membres titulaires

Mme Véronique de BECDELIEVRE, M. Michel BERNARDIN, Mme Luciole BOUCHE, Mme Laurence CHARVOZ, M M. Pierre COULON, M. Jean Paul DARDUN, M. Jean Pierre DUCOMMUN, M. Grégoire DUVAL, Mme Frédéricque FORCADET-BODIN, Mme Claude GARÇON, M. Rémi GERNIGON, Mme Christiane MULOCHER-GAIRE, M. Henri PECHOT, M. Michel PENNEAU, M. Philippe PICHOT-BRAVARD, M. Geoffrey RATOUIS, Mme Joëlle REMY, Mme Maÿlis THURET. membres associés. 

SEANCE PUBLIQUE DU 11 JANVIER 2013

	Le Président ouvre cette première séance de l’année, en présentant ses vœux très chaleureux pour 2013 à l’ensemble des participants qui sont au nombre d’une centaine, et les invite à se retrouver en fin de réunion pour partager la galette des rois. Il souhaite que les travaux des membres conservent un haut degré de qualification. 
	Il apporte quelques informations :
- Notre confrère le professeur Jacques ROUESSE, membre correspondant de l’académie de médecine, a été promu au grade d’officier dans l’ordre national de la Légion d’Honneur.
- M. Régis de BELENET, ambassadeur, membre associé depuis 2009 et M. Michel PECHA-SOULEZ, membre associé depuis 2006¸ ont été élus membres titulaires à l’occasion du scrutin qui s’est tenu, le 14 décembre dernier.
- Le bureau de l’Académie s’est réuni dans la matinée de ce jour pour apporter quelques compléments au programme d’activités du semestre en cours. Au cours de la séance du 22 février, se tiendront l’assemblée générale et l’installation des deux nouveaux membres titulaires. Le « Printemps de l’Académie» qui aura lieu le dimanche 24 Mars fera  l’objet d’une préparation spécifique.
- La réunion du groupe de travail présidé par M. Etienne VACQUET, président de la section Arts, sur les édifices religieux en Anjou est reportée du 25 janvier au 15 février à 14h. Il est précisé que les groupes de travail qui ont été constitués peuvent accueillir de nouveaux participants ; les inscriptions restent ouvertes. Quelques rubriques n’ont pas encore de responsables pour animer les travaux.
- La Conférence Nationale des Académies de province se tiendra à Paris, les 4 et 5 octobre prochains.

	M. Jacques MAUREAU expose le programme du voyage de l’Académie en 2013 :
- du 10 au 17 octobre à Rome, départ en car vers Nantes pour embarquement aérien. Le programme prévoit une visite de la cité Vaticane, des contacts avec les prélats français de la Curie, et un accueil au Palais Farnèse, à la Villa Bonaparte et dans les pieux établissements rattachés à l’ambassade de France auprès du Vatican
	Les demandes d’inscription doivent être adressées par courrier électronique à M. Jacques Maureau.
 
	M. Olivier d’AMBRIERES signale la tenue d’un colloque à la Faculté des Lettres d’Angers, les 7 et 8 février prochains, consacré à la loi de 1913 sur les Monuments Historiques, avec la participation de M. de Lajarte et de notre confrère M. Paul Iogna-Prat.    

	M Jean-Claude REMY donne ensuite la parole aux deux orateurs inscrits, M. Jacques Maillard et Mme Marie-Rose Albrecht.

« Crise dans une abbaye angevine à la fin du XVIIe : une abbesse déposée » par M. Jacques MAILLARD, historien, professeur émérite à l’Université d’Angers. 

	Située non loin d'Angers, à Ecouflant, l'abbaye Notre-Dame du Perray, abbaye appartenant à l'ordre de Cîteaux, connaît d'importants désordres à la fin du XVIIe siècle. L'abbesse, Marie de Lambert qui n'appartient pas à l'ordre est mal acceptée par les religieuses et les conflits se multiplient. L'abbé de Chaloché, Julien Méliand, envoyé par  l'ordre en inspection, interroge l'abbesse et toutes les religieuses et constate, dans un long rapport de 200 pages, conservé aux Archives départementales, que la règle bénédictine n'est plus respectée. Les religieuses sortent régulièrement dans les villages voisins et de nombreuses personnes entrent dans le monastère pour chanter et danser avec les religieuses. Les offices ont lieu à des heures très irrégulières. L'abbesse ne participe pas à la vie religieuse de la communauté, elle vit dans ses appartements avec quelques personnes de sa suite, elle y fait bonne chère dilapidant les revenus de l'abbaye. En avril 1688, l'abbé de Chaloché, au nom de l'ordre de Cîteaux retire à Marie de Lambert toute autorité sur l'abbaye. Cette décision est confirmée, après plusieurs années de procès, par le Grand conseil, en juillet 1691. Pendant dix années, jusqu'à la mort de Marie de Lambert en 1701, il n'y a plus d'abbesse au Perray : les bâtiments tombent en ruine car non entretenus et la vie religieuse est de plus en plus relâchée. La nouvelle abbesse, Jacqueline de Quatrebarbes de la Rongère, qui tolère tous les débordements, ne rétablit pas la situation. En 1714, deux scandales éclatent : le confesseur des religieuses a abusé de deux d'entre elles et deux naissances provoquent un "scandale inouï", écrit Joseph Grandet, curé de Sainte-Croix d'Angers. Il faut attendre les années 1740 pour retrouver une vie religieuse apaisée dans cette abbaye angevine.

Extraits des débats 

	L’exposé très complet a permis, à partir de recherches approfondies sur les différents rapports établis à l’époque, de compléter de façon significative la connaissance de cette intrigue exceptionnelle qui a marqué la chronique de la vie religieuse dans les couvents angevins. Elle avait un côté scandaleux que l’on ne retrouve pas ailleurs. 
	Le débat qui a suivi, a montré un intérêt très vif pour la mise en place lente et difficile des réformes préconisées par le Concile de Trente afin d’améliorer les règles de fonctionnement des institutions religieuses. M. Luc Larget Piet et M. Christian Brégeon ont demandé des précisions au sujet des bâtiments du couvent dont il ne reste plus aujourd’hui que le pigeonnier à Ecouflant, et aussi du fonctionnement du temporel qui laissait à l’abbesse, retirée à Paris, une partie des revenus pour pouvoir subsister. Dans son acte d’abbesse, elle est qualifiée d’abbesse ; elle était reconnue par le Pape et par le Roi. M. Pierre Bouvet s’étonne qu’il n’y ait pas trace d’une une procédure de recours auprès du Roi, compte tenu des graves disfonctionnements signalés ; ceci est imputable aux règles de gouvernance de l’ordre de Cîteaux qui était seul compétent pour trouver une solution à un tel litige. Monseigneur Henri Arnauld, Evêque d’Angers, pouvait difficilement intervenir. Au sein des nombreuses abbayes de l’ordre de Cîteaux, c’était un cas exceptionnel, néanmoins certaines communautés avaient refusé d’adopter les nouvelles règles de « stricte observance ».   

« Mes souvenirs avec Pierre Fauvel (1866-1958), professeur aux Facultés catholiques de l’Ouest » par Mme Marie-Rose  ALBRECHT, Présidente d’honneur de l’association des professeurs de biologie et de géologie de l’Académie de Nantes.

	Pierre Fauvel fut, pendant cinquante trois ans professeur aux Facultés Catholiques de l’Ouest. Ses cours étaient très suivis, toujours très intéressants. Il n’hésitait d’ailleurs pas à les remanier. S’il fut un professeur de talent, sa véritable vocation était la recherche. Ses travaux sur les annélides polychètes en firent un savant mondialement connu. Albert 1er, prince de Monaco, ne lui confia-t-il pas l’étude des récoltes provenant des croisières océanographiques de l’ « Hirondelle » et de la « Princesse Alice ». Plus près de nous, il étudia les récoltes du bâtiment polaire « Commandant Charcot » et celles de la campagne de la « Calypso ». Il recevait des envois du monde entier, envois qui furent à l’origine de très nombreuses publications. 
Pierre Fauvel s’intéressa à des travaux de physiologie et fit de nombreuses expériences sur lui-même pour étudier scientifiquement le régime végétarien.
Il pratiqua beaucoup la « petite reine » (la valeur de huit fois le tour du monde !) Ses comptes-rendus dans les annuaires du Cyclotourisme sont signés Hollow-Rim (jante creuse). Et certaines remarques montrent que Pierre Fauvel ne manquait pas d’humour !
Pierre Fauvel était d’une intelligence supérieure servie par un travail inlassable et rigoureux. Pierre Fauvel est un savant mondialement connu et reconnu.

Extraits des débats 

	La séance de questions a porté principalement sur les scientifiques angevins qui avaient acquis une renommée internationale dans le domaine de la connaissance des polychètes ; ceux-ci font partie de la classe des annélides qui comprend des vers marins. Ils peuvent être de dimensions très variées.


Carnet de l’Académie
	
Prochaines communications 
Vendredi 8 février 2013
16h00 : Séance publique
« La dualité des forces de sécurité en France.» par M. Serge Quentin. 
	L’organisation policière française se caractérise par la présence de deux principales forces de police : l’une à statut civil, la Police nationale, l’autre à statut miliaire, la Gendarmerie Nationale.
Ce système policier dualiste est dit vertical en France, en Italie, en Espagne, et dans certains Etats sud- américains ou africains. Il se caractérise par la coexistence de deux institutions concurrentes et statutairement différentes. Le pluralisme horizontal en vigueur dans les pays anglo-saxons réside quant à lui dans l’existence séparée de plusieurs forces civiles de police du fait de la décentralisation ou de l’organisation fédérale des Etats. Seul le caractère vertical de la dualité sera retenu. 

« Démographie des personnes âgées dépendantes en 2020-2040. A quoi faut-il s'attendre ? » par M. Christian Brégeon
	Schématiquement, au cours de la période 2020-2040, la population des sujets âgés dépendants va presque doubler et les dépenses liées à leur prise en charge vont augmenter de 50%. Les cohésions familiales, notamment chez les quinquagénaires, très sollicités alors qu'ils ont aussi charge d'enfants, seront menacées et des réactions sociétales seront également à craindre. Dans cette population de plus en plus âgée, où la proportion des suicides est anormalement élevée, il faudra veiller à suivre les mêmes règles d'accompagnement et de respect de la vie et de sa dignité que chez les plus jeunes, mais en même temps apprendre à mieux écouter, reconnaître et respecter certaines demandes bien justifiées d'accepter la mort qui vient et de refuser l'obstination déraisonnable

Vendredi 22 février 2013
Séance privée
15h00 : Assemblée Générale Ordinaire
Séance publique
16h00 : Remise du prix de la vocation 
16h30 : Réception de deux nouveaux titulaires

M. Michel Pécha-Soulez fera  l éloge de M. Jean Lambert 
« Des rites funéraires au Moyen Âge central, de la mémoire à l’accumulation, la recherche d’un salut moins angoissé. »
	Aux alentours de l’an Mil, l’Eglise entre dans une période de réforme que l’on peut résumer en Réforme Grégorienne. Les progrès de l’individualisme, la peur de la damnation angoissante pour la société, la volonté de l’Eglise de s’affranchir du pouvoir des laïques et la sanctification de l’état de moines vont initier et justifier la profonde modification des rites entourant la mort. L’Eglise sensible à l’évolution des mentalités va les intégrer entre racines chrétiennes et racines païennes. 

M. Régis de Belenet fera  l éloge de M. Jean Millet 
« Un conflit de basse intensité : la Révolte afar des années 90 à Djibouti. »
	La Révolte Afar qui a éclaté à Djibouti en 1991 représente un cas intéressant de gestion d'une crise limitée dans un Etat, ancien Territoire d'Outre-Mer ; indépendant depuis 1977 et lié à la France par un accord de défense prévoyant la présence de forces françaises stationnées sur son sol. Pourquoi une telle révolte ? Quel rôle la France a-t-elle joué dans la gestion de cette crise ? Quel a été le processus de règlement de ce conflit ?


Vendredi 08 mars 2013
	14h00 : Réunion des nouveaux membres élus associés en 2011 et 2012
	
16h00 : Séance publique organisée par la section Lettres 
- « Le Mystère de la Passion de Jean Michel » par M. Gérard Jacquin. 
- « La grammaire scolaire : un nouveau champ d’exploration méta-historiographique »
par M. Alain Schneider

Vendredi 22 mars 2013 
	15h00 : Séance privée
	16h00 : Séance publique organisée par la section Sciences Humaines et Sociales 
- Célébration du 70ème Anniversaire de l’escadrille Normandie-Niemen.
par Mme Elisabeth du Réau, M. Jacques Marie de Latrollière, M. Bernard Riche, M. Dominique Maillard

Réunions thématiques dirigées par M. Etienne Vacquet 
Réunion le vendredi 1er février à 16 heures, à l'Académie
Quelle est la place des églises dans la société :
regards croisés du XVIIIe au XXe siècle

Réunion le vendredi 8 février à 14 heures, à l'Académie
Les édifies cultuels de nos jours, un patrimoine vivant

Réunion le vendredi 15 février  2013 à 14 heures, à l'Académie
Le monument des arts


Séance exceptionnelle
Vendredi 15 février 2013 à 16h30


Les musiciens de la Section Arts sont heureux de vous convier à un concert exceptionnel au cours duquel seront interprétées les œuvres présentées par Mme Yvette Dams- Monville 
       - quatuor de Mozart en Ré majeur
    - quatuor d’Albéric Magnard
Avec comme interprètes le Quatuor à cordes Capriccio formé par Mesdames
-Cécile Agator, 1er violon
                                                                             - Laurence Del-Vescovo, 2ème violon
                                                                                           - Flora Brosseau, Alto
                                                                                       - Tatjana Uhde, violoncelle



400 ème anniversaire de la naissance d’André Le Nôtre


Le président de l’ASPEJA invite les membres de l’Académie à la conférence 
« Points de vue choisis sur la vie et l’œuvre d’André Le Nôtre (1613–1700)
qu’il organise samedi 16 février 2013, à 16 h00 dans la salle de l’Académie.

	Madame Aurélia Rostaing, docteur en histoire de l’art, viendra nous faire partager sa passion pour ce « prince-jardinier » que fut André Le Nôtre.






Convocation pour l’Assemblée générale du 22 février 2013

Le port de la médaille est souhaité
	
                                  L’Assemblée Générale de l’Académie se tiendra dans la salle des séances
vendredi 22 février 2013 à 15h00
	
	Assemblée Générale
		Ordre du jour :
1.	Rapport d’activités de l’année 2012, vote 
2.	Rapport financier 
		- Comptes de l’année 2012, vote
		- Budget 2013, vote
		- Cotisations 2014, vote
3.	Affaires diverses




















L’accueil à l’académie est assuré
du mardi au vendredi de 13h30 à 17h30







Olivier d’Ambrières 
Secrétaire Général

Directeur de la Publication : Jean-Claude REMY.
Imprimé par nos soins.
ISSN : 1294-7938								 Tel & Fax : 02.41 -69. 58. 31 
Dépôt légal janvier 2013							      Tél.   : 09. 61 .46. 99. 35
Courriel : academie-dangers@wanadoo.fr
Site Web: www.academie-dangers.com









Programme 2013
11 janvier 	
	16h00 : Séance publique
- « Crise dans une abbaye angevine à la fin du XVIIe siècle : une abbesse déposée » 
par M. Jacques Maillard.
- « Mes souvenirs avec Pierre Fauvel (1866-1958), professeur aux Facultés catholiques de l'Ouest » par  Mme Marie-Rose Albrecht.

25 janvier 
	15h00 : Séance privée
	16h00 : Séance publique
- « Tour du Royaume de France, de 1784 à 1786, écrit par l’un de mes ancêtres, créole de l’Ile Bourbon, originaire de l’Anjou et de Toulon.» par Mme Françoise Bizard.
- « Henri V, comte de Chambord, et Alfred de Falloux » par M. Gérald Gobbi.

8 février
	16h00 : Séance publique
- « La dualité des forces de sécurité en France.» par M. Serge Quentin.
- « Démographie des personnes âgées dépendantes en 2020-2040. A quoi faut-il s'attendre ? » 
par M. Christian Brégeon

15 février
            16h30: Concert organisé par la section Arts

22 février
	Séance privée
	15h00 : Assemblée Générale Ordinaire
	Séance publique
	16h00 : Remise du Prix de la vocation
	16h30 : Réception des nouveaux membres titulaires
Eloge de M. Jean Millet par M. Régis de Belenet 
- « Un conflit de basse intensité : la Révolte afar des années 90 à Djibouti. » par M. Régis de Belenet. 

Eloge de M. Jean Lambert par M. Michel Pécha-Soulez
- « Des rites funéraires au Moyen Age central : de la mémoire à l'accumulation, la recherche d'un salut moins angoissé » par M. Michel Pécha-Soulez.

08 mars 
	14h00 : Réunion des nouveaux membres élus associés en 2011 et 2012
	16h00 : Séance publique organisée par la section Lettres 
- « Le Mystère de la Passion de Jean Michel » par M. Gérard Jacquin. 
- « La grammaire scolaire : un nouveau champ d’exploration méta-historiographique »
par M. Alain Schneider

22 mars 
	15h00 : Séance privée
	16h00 : Séance publique organisée par la section Sciences Humaines et Sociales 
- Célébration du 70ème Anniversaire de l’escadrille Normandie-Niemen.
par Mme Elisabeth du Réau, M. Jacques Marie de Latrollière, M. Bernard Riche, 
Dominique Maillard


Dimanche 24 mars : Printemps de l’Académie 

05 avril 
	15h00 : Séance privée
	16h00 : Séance publique organisée par la section Lettres 
- « Autour des mitologiae de Fulgence (fin du Ve siècle après J.C) » par M. Philippe Dain
- « Les roses de Saadi, un poème de Marceline Desbordes-Valmore » par Mme Marguerite-Cécile Albrecht
 - « L’image de l’Allemagne chez Ernest Renan » par M. Jean Marie Paul

19 avril
	15h00 : Séance privée
	16h00 : Séance publique
- « Manuscrits angevins du Haut Moyen Age à la Bibliothèque municipale » par M. Jean Vezin.
- « Angers en guerre. La vie municipale 1939-1945 » par M. Roger Boisseau 

10 mai 
	16h00 : Séance publique
- « Un angevin mécène : l'architecte Roger Faure de la Possonnière » par M. Daniel Couturier
- « Les Cent Jours d'une compagnie d'officiers ministériels » par M. Luc Frolow 

31 mai 
	15h00 : Séance privée
16h00 : Séance publique
Séance spéciale sur le secret professionnel : 
Par M. l’abbé Jean Grelon, M. Joseph Giboin, M. Lionel Coupry

14 juin 
	16h00 : Séance publique organisée par la section Arts 
- « Les miniatures persanes (XIVe-XVIIe s.) » par M. Jean  Mallet.
- « Belle Poule ou l'élevage porté à l'excellence » par MM. Etienne Vacquet et Jean Salette 

22 juin 	: Sortie architecturale organisée par M. René Combres

28 juin
15h00 : Séance privée
16h00 : Séance publique
 « Les idées politiques du Duc de Saint-Simon (1665-1755) » par M. Philippe Pichot-Bravard.
« L'histoire du Tour de France cycliste en Anjou » par Mme Elisabeth Verry.



    
mailto:academie-dangers@wanadoo.frhttp://www.academie-dangers.com/Publications.htmlshapeimage_1_link_0shapeimage_1_link_1

BULLETIN DE JANVIER 2013

 

Retour à l’accueil

Retour à l’accueilPublications.html