BULLETIN février 2017

 



	 L’Académie tiendra séance les : 


Vendredi 24 février 2017
Hôtel de Livois

15h00
Assemblée Générale
Extraordinaire et Ordinaire 

                                                                                             16h00
Séance publique

                                            - « Laennec, une oreille en or. » par M. Jean-Marie Limal

                                          -« La médecine et Chateaubriand. » par M. Jacques Rouesse  






Vendredi 10 mars 2017
Hôtel de Livois

                                                                                            16h00
Séance publique
Organisée par la section Lettres 
- « René d’Anjou : le mortifiement de vaine plaisance. » par M. Gilles Roussineau

« Le chevalier du Tertre de Sancé. » par Mme Jeanne de Gérin Ricard 




						
Dimanche 19 mars 2017

Portes ouvertes à l’Académie
Hôtel de Livois

                                                                                        de 15h00 à 18h00 






						
SÉANCES DU 27 JANVIER 2017

Sont prÉsents 
Mme Marie-Rose ALBRECHT, M. Olivier d' AMBRIÈRES, Mme Monique ASTIÉ, M. Robert AUDOIN, M. Yves BARTHET, M. Régis de BELENET, M. Jean-Pierre BOIS, M. Benoît BOUMARD, M. Pierre BOUVET, M. Christian BRÉGEON, M. Georges CESBRON, M. Lionel COUPRIS, M. Daniel COUTURIER, Mme Élisabeth du RÉau, M. Joseph GIBOIN, M. Daniel GRUAU, M. Claude FERRAND, Mme Josette FOURNIER, M. Claude-Serge GUILLEMAIN, Mme Marie-Claude GUILLERAND, M. Luc LARGET-PIET, M. Jacques-Marie de LATROLLIÈRE, Mme Marie-Magdeleine LE DALL, M. Serge LE POTTIER, M. Gérard LESAGE, Mme Catherine LESSEUR, M. Jacques MAILLARD, M. Jacques MAUREAU, M. Philippe PICHOT-BRAVARD, M. Jean-Claude REMY, M. Bernard RICHE, M. Alain SAULNIER, Mme Florence SOULEZ-LARIVIÈRE, M. Michel VAISSIER,   membres titulaires

Georges TIRAULT, membre ÉmÉrite 

Mme Christiane ASTOUL, Mme Catherine-Maïten AUSCHITZKY, M. Jean-Louis BEAU, M. Louis-Marie BEAUVOIS, M. Michel BERNARDIN, M. Jacques BESSON, M. Pierre-Marie BETTON, M. Jacques BIZARD, Mme Françoise BIZARD, M. Raphaël BODIN, M. Henri BRAULT, M. Yves CADOU, M. Jean Paul DARDUN, M. Jacques de BELENET, M. Philippe de FRESNAY, Mme Jeanne de GÉRIN-RICARD, M. Hervé de GOUYON, M. Henry-Dominique DERSOIR, M. Yves DURAND, M. Charles FOUSSARD, M. Rémy GERNIGON, M. Patrick GILLET, M. Michel GUILLANEUF, Mme Claude GUILLEMAIN, M. Gérard JACQUIN, M. René JAMES, M. Jacques KERYELL, M. Michel LAVÉDRINE, M. Jean-Marie LIMAL, Mme Fabienne MARTEAU, Mme Marie-Thérèse MOIGNET, M. Jean-Claude PAVION, M. Michel PENNEAU, Mme Hélène POLOVY, M. Serge QUENTIN, Mme Joëlle REMY, M. Charles-Marie RÉYÉ, Mme Jeanne ROGUET-PRIN, M. Alain ROUX, M. François-Michel SOULARD, M. Furcy SOULEZ-LARIVIÈRE, Mme Maÿlis THURET, M. Noël-Yves TONNERRE,   membres associÉs.


S’Étaient fait excusér :
Mme Marguerite Cécile ALBRECHT, Mme Yvette DAMS-MONVILLE, Mme Margreet DIELEMAN, M. François-Christian SEMUR, M. Jacques THOMAS,   membres titulaires. 

M. Max BARAT, M. Jérôme BODIN, M. François BOULÊTREAU, Mme Maryvonne CHANTEUX, M. Dominique CHARBONNEL, Mme Laurence CHARVOZ, Mme Anne de VAUTIBAULT, M. Benoît DELTOMBE, Mme Jeanne DUVAL-LE GOFF, M. Pierre-Anne FORCADET, Mme Frédéricque FORCADET-BODIN, Mme Monique JOLLIVET-DAVID, M. Jean-Yves JUSTEAU, Mme Denise LAMAISON, M. François LECOQ-VALLON, M. Jean ROBERT, Mme Sylvette ROBSON, M. Philippe ROCQUET, Mme Françoise TÊTU DE LABSADE, M. Guy TRIGALOT, M. Michel VILLEDEY,   membres associÉs. 

SÉANCE PRIVEE DU 27 JANVIER 2017

Il est en premier lieu procédé à l’élection de 
- deux membres titulaires, sur les fauteuils d’Edmond Rubion et de Jacques-Henry Martin. Sont respectivement élus Serge Quentin et Joëlle Remy, et de 
- deux membres associés. Son élus Hubert Chenut (parrainé par Jacques de Latrollière et Jacques Bizard) et Julien Kilanga (parrainé par Georges Cesbron et Françoise Argod-Dutard).
A la demande du président, Pierre Bouvet fait ensuite le point, définitif, sur les statuts de notre compagnie. Validés par le ministère de l’intérieur, ils seront soumis à une AG extraordinaire qui se tiendra le 24 février prochain, avant l’AG ordinaire prévue ce même jour.
Joseph Giboin parle ensuite du prix de la vocation. Il appelle les académiciens intéressés à participer à un groupe de travail chargé de recenser et examiner les candidatures des organismes et personnes susceptibles de recevoir ce prix. Il rappelle à ce propos que, pour que cette initiative continue à recevoir le soutien de la collectivité départementale, il importe que l’Académie, en son entier, s’implique dans cette opération.

Le président Jean-Pierre Bois évoque enfin un certain nombre de rendez-vous à venir :
-	Le  printemps de l’Académie (19 mars) consacré cette année à la présentation d’œuvres d’art réalisées par des académiciens
-	La séance à l’UCO (28 avril) qui se tiendra à 17H
-	Le voyage de fin d’année. Organisé, comme l’an dernier, par Jacques Bizard, toujours sur le thème des jardins, se déroulera le 13 juin
-	La rencontre inter académique du Grand Ouest qui se tiendra à Amiens le 17 juin, sur le thème des relations France/Grande Bretagne, et pour laquelle des propositions de communication peuvent être adressées au secrétariat, étant toutefois précisé que le choix définitif relève in fine de l’Académie d’Amiens
-	Le voyage de 2018 qui, organisé par François Soulard et Roger Massé, est prévu à Athènes du 10 au 17 avril.


SÉANCE PUBLIQUE DU 27 JANVIER 2017

- « Yolande d’Aragon » par M. Michel Penneau

Il est des personnages de l’Histoire largement tombés dans l’oubli et qui eurent pourtant une place majeure dans le cours des évènements. C’est le cas pour Yolande d’Aragon, fille de Jean Ier d’Aragon et de Yolande de Bar.
En 14oo, elle épouse Louis II d’Anjou et vient s’installer dans le sévère château d’Angers dont elle contribue à accroître le confort. La situation du royaume de France est alors catastrophique. Le roi Charles VI est sujet à des crises de folie qui se répètent et s’aggravent. La guerre civile fait rage et oppose le clan des Armagnacs et celui de Bourguignons. Et l’Angleterre profite de ce chaos. En 1415, c’est la terrible défaite d’Azincourt, suivie en 1420, du funeste traité de Troyes, que signe la reine Isabeau de Bavière. En acceptant que le territoire de la France soit donné en dot à la fille de Charles VI, appelée à épouser le fils du roi d’Angleterre Henri V, c’en est fini de la souveraineté des Valois. 
Dans ces circonstances difficiles, l’influence de Yolande va progressivement grandir. Le mariage de sa seconde fille, Marie, avec le dauphin Charles, l’amène à prendre en main la formation politique du futur roi. Ce rôle de mentor ne cessera pas et, alors même que le dauphin deviendra Charles VII, Yolande tiendra un rôle essentiel dans la conduite des affaires. C’est notamment elle qui soutiendra de ses paroles mais aussi de ses deniers l’entreprise de Jeanne d’Arc dont on sait, qu’après la victoire d’Orléans, elle permettra, en juillet 1429, le sacre à Reims du roi qui n’était jusqu’alors que «  le roi de Bourges ». 
Par la suite, après avoir, sans la moindre marque de compassion, abandonné Jeanne la Pucelle à son triste sort, elle veillera, avec l’appui du comte de Richement, à écarter les principaux favoris du roi, avides de pouvoir et plus encore de profits, puis mettre dans la place des hommes qu’elle jugeait compétents et fidèles.
On le voit, les péripéties, heureuses ou malheureuses ne manqueront pas tout au long de la vie de Yolande, elle dont son petit-fils Louis XI dira qu’elle était « un cœur d’homme dans un corps de femme », elle encore dont son second fils sera le célèbre roi René que ne cessent de chanter les Angevins. 
La discussion qui a suivi cette communication a, pour l’essentiel, porté sur Charles VII, sur lequel planent plusieurs interrogations. Son sacre après les premières années difficiles de son règne a confirmé la légitimité de la succession royale dans la dynastie des Valois.



Elle a en outre permis de marquer tout l’intérêt de l’assistance pour cette Angevine d’adoption qui est toujours largement ignorée. Ainsi qu’il a été souligné, et déploré, seule une petite sculpture, sur le socle de la statue du roi René, permet d’évoquer son souvenir au pied du château d’Angers. 


- « Gilles de Rais et le château de Champtocé. » par M. Philippe de Fresnay.» 

Singulière destinée que celle de Gilles de Rais, compagnon d’armes de Jeanne d’Arc qu’il rencontre à Chinon et accompagne lors du siège d’Orléans, puis à Reims pour le sacre de Charles VII (il y est promu maréchal de France). Il demeure avec la Pucelle jusqu’à son échec devant Paris et a montré durant cette équipée militaire les qualités d’un grand capitaine. 
Après la mort de Jeanne, c’est malheureusement une autre facette du personnage qui se révèle. C’est le temps de l’ennui ainsi que la rapide dilapidation de la colossale fortune que lui avait amenée son mariage avec Catherine de Thouars, puis la disparition de son aïeul, Jean de Craon. Peut-être est-ce la raison pour laquelle il s’entiche d’alchimie, espérant trouver ainsi la formule qui lui permettrait de changer le plomb en or…
Mais c’est surtout le temps d’une débauche effrénée, avec un goût marqué pour les jeunes garçons qu’il envoie quérir chez leurs parents en leur faisant miroiter une fonction de page. Dans ses domaines, et particulièrement dans son château de Champtocé, ces enfants sont soumis aux pires sévices sexuels et autres tortures. A la lumière de ces penchants, certains prétendront que son attachement pour Jeanne d’Arc n’était pas seulement d’ordre politique ou militaire et que les habitudes vestimentaires masculines de la Pucelle ne le laissaient pas indifférent…
C’est, dit-on, de cette triste époque que dateraient des ossements d’enfants exhumés, jusqu’à une date récente, dans les vestiges du château de Champtocé.
Gilles de Rais est arrêté en septembre 1440, puis traduit tout à la fois devant une cour séculière et un tribunal religieux. Le 25 octobre, il est condamné à être pendu et brûlé. Il est exécuté à Nantes dès le lendemain. Les biens qui lui restaient  seront confisqués par le duc de Bretagne.
La discussion avec la salle a permis à Georges Cesbron de mentionner l’ouvrage de notre confrère Serge Quentin (Histoires d’Anjou) qui évoque quelques épisodes de la vie de Gilles de Rais. La dilapidation des biens de ce dernier fait aussi l’objet de quelques précisions complémentaires, Christian Brégeon indiquant notamment que les démêlés avec ses héritiers ne sont pas, aux dires de certains, totalement étrangers aux conditions de sa condamnation.

SÉANCE PUBLIQUE DU 10 FEVRIER 2017

Sont prÉsents 
Mme Monique ASTIÉ, M. Robert AUDOIN, M. Yves BARTHET, Mme Véronique de BECDELIÈVRE, M. Jean-Pierre BOIS, M. Benoît BOUMARD, M. Pierre BOUVET, M. Georges CESBRON, Mme Yvette DAMS-MONVILLE, Mme Margreet DIELEMAN, Mme Élisabeth du RÉau, M. Joseph GIBOIN, M. Daniel GRUAU, Mme Josette FOURNIER, M. Claude-Serge GUILLEMAIN, M. Jacques-Marie de LATROLLIÈRE, Mme Marie-Magdeleine LE DALL, M. Serge LE POTTIER, Mme Catherine LESSEUR, M. Jacques MAILLARD, M. Guy MASSIN-LE GOFF, M. Jacques MAUREAU, M. Michel PECHA-SOULEZ, M. Serge QUENTIN, Mme Joëlle REMY, M. Jean-Claude REMY, M. Bernard RICHE, M. Alain SAULNIER, M. Pierre SCHMITT, M. François-Christian SEMUR, M. Jacques THOMAS, M. Etienne VACQUET, M. Michel VAISSIER,   membres titulaires



M. Louis-Marie BEAUVOIS, M. Michel BERNARDIN, M. Jacques BESSON, M. Jacques BIZARD, Mme Françoise BIZARD, M. Yves CADOU, M. Dominique CHARBONNEL, M. Jean Paul DARDUN, M. Philippe de FRESNAY, Mme Anne de VAUTIBAULT, M. Benoît DELTOMBE, M. Henry-Dominique DERSOIR, Mme Jeanne DUVAL-LE GOFF, M. Michel GARREAU de LABARRE, M. Rémy GERNIGON, Mme Pascale GRÉMONT, M. Michel GUILLANEUF, Mme Claude GUILLEMAIN, M. Gérard JACQUIN, M. René JAMES, Mme Denise LAMAISON, M. François LECOQ-VALLON, M. Georges LE GUILLANTON, M. Didier LEROY, M. Jean-Marie LIMAL, Mme Françoise LIZÉ-DUBOIS, Mme Marie-Thérèse MOIGNET, Mme Christiane MULOCHER-GAIRE, M. Jean-Claude PAVION, M. Michel PENNEAU, M. Patrick REDSLOB, M. Jean ROBERT, Mme Jeanne ROGUET-PRIN, M. Alain ROUX, M. Clément SAVARY, M. Alain SCHNEIDER, M. François-Michel SOULARD,   membres associÉs.

S’Étaient fait excusér :
M. Olivier d' AMBRIÈRES, M. Christian BRÉGEON, M. Daniel COUTURIER, M. Gérard LESAGE,   membres titulaires. 

M. Max BARAT, M. Jérôme BODIN, M. Raphaël BODIN, M. François BOULÊTREAU, M. Gilles BOURDOULEIX, Mme Laurence CHARVOZ, M. Grégoire DUVAL, M. Pierre-Anne FORCADET, Mme Frédéricque FORCADET-BODIN, Mme Claude GARÇON, M. Dominique MAILLARD, M. Jean MORLONG, Mme Sylvette ROBSON, M. Philippe ROCQUET, Mme Françoise TÊTU DE LABSADE, Mme Maÿlis THURET, M. Guy TRIGALOT,   membres associÉs. 

	Sous la direction d’Etienne Vacquet, président de la section Arts, dont la communication prévue sur le « Panorama des chaires à prêcher aux XVIIe et XVIIIe siècle en Anjou » a été reportée à une séance ultérieure, l’Académie a eu le plaisir de recevoir, pour cette séance consacrée aux sculptures et peintures de la cathédrale d’Angers, Madame Emily Davenport Guerry, de l’Université du Kent, actuellement à Angers pour ses travaux sur les peintures murales du choeur de la cathédrale, dont elle nous a proposé une première présentation.

« Les peintures du chœur de la cathédrale d’Angers ». par Mme Emily Davenport Guerry
	Ces peintures identifiées au début des années 1980, conservées et protégées jusqu’alors sous plusieurs couches de chaux, sont très peu connues, et pour ainsi dire jamais vues par ceux qui passent au pied des boiseries qui les masquent. Dans le cadre de ses travaux, Emily Guerry a pu réaliser près de huit mille photographies, dont quatre-vingt-deux ont été le support parfaitement maîtrisé d’une communication extrêmement vivante. Emily Guerry considère cet ensemble comme la plus grande et la mieux conservée des réserves d'Europe de peinture gothique du XIIIe siècle. Elle présente l'ordre chronologique des huit tableaux, disposés de droite à gauche, en commençant par l'ordination de Saint-Maurille, pour se poursuivre jusqu'à la représentation du miracle de la résurrection de Saint-René (« Renatus ») et de son baptême. Cette suite est interrompue par une iconographie de saint-Pierre et de saint-Paul.
	Une discussion s'instaure sur la « réalité » du personnage de Saint-René, cher à Angers et l’Anjou, qui ouvre le champ à une vaste étude, en lien avec les données de l'époque. Il ressort tout de même des échanges que l'on pourrait considérer que cette œuvre avait pour le moins un objectif de promotion de la personnalité de Saint-Maurille dans une époque troublée.

	La seconde communication présentée par Clément Savary, portait sur « l'iconographie des boiseries de la cathédrale d'Angers », celles qui cachent les peintures murales. Ces boiseries ont été réalisées après le Concile de Trente dans le courant des XVIIe et XVIIIe siècle, à l'époque du moment le plus fort de la controverse religieuse entre les partisans d'une église d'obédience gauloise et les partisans d'un rattachement à Rome. Les sculptures qui ornent le tympan au-dessus de la porte qui mène au trésor expriment le parti pris par les chanoines angevins de l'époque (Tiare papale, enseigne romaine, croix glorieuse..., c’est l’école sulpicienne).


	Les boiseries présentent 19 tympans sculptés. La lecture des sculptures demande de se placer dans les stalles, face à l'autel. C'est alors que les décors du côté sud ont trait à l'ancien testament et les décors du côté nord au nouveau testament. De façon symétrique à chaque sculpture correspond sa projection dans le nouvel air chrétien. Par exemple la sculpture représentant la pomme dans le texte de la genèse trouve une correspondance avec la sculpture du pélican. A cette époque l’oiseau représente le symbole d'un être qui donne sa propre chair pour nourrir ses petits, il faut ici y voir une allégorie du Christ. Et ainsi de suite sur un ensemble de six panneaux de part et d'autre du chœur, au-dessus des stalles, chacun d’eux étant présenté, comme les peintures, avec un remarquable support photographique.

	Une discussion s'instaure. Guy Massin -Le Goff  reprend les principes médiévaux du Credo apostolique, les Prophètes sont représentés au nord, ils ne voient pas le soleil, les apôtres sont au sud dans la lumière. Il fait observer que dans la cathédrale, il en est de même, la lumière éclaire le côté sud et ne peut pas pénétrer au nord.





Convocation pour l’Assemblée générale du 24 février 2017

Le port de la médaille est souhaité
	
    L’Assemblée Générale de l’Académie se tiendra dans la salle des séances
                                         Vendredi 24 février 2017 à 15h00

	                            Assemblée Générale Extraordinaire
		                                    Vote sur les statuts

	                                Assemblée Générale Ordinaire
		                                    Ordre du jour :
                1.	Rapport d’activités de l’année 2016, vote 
                2.	Rapport financier 
		                        - Comptes de l’année 2016, vote
		                        - Budget 2017, vote
		                        - Cotisations 2018, vote
                3.	Rapport moral












Carnet de l’Académie


Distinction
Mme Danièle Sallenave, de l’Académie française, membre d’honneur de notre compagnie. a été élevée au grade d’officier de l’Ordre national de la Légion d’honneur, dans le domaine culturel 
L’Académie lui exprime ses vives félicitations.

décès
Nous avons appris les décès de M. Henri Péchot, membre associé depuis 2005 puis dispensé d'assiduité pour raison de santé à partir de 2015.
Nous présentons à sa famille l’expression de nos sentiments attristés. 

Mémoires de 2016
Les Mémoires de 2016 sont disponibles et ont été distribués lors de la séance académique du 10 février 2017. Ils peuvent être désormais retirés au secrétariat.

Annonces académiciennes
Le 10 mars prochain, aux Editions Thaddée, Gildard Guillaume, membre associé de notre académie publiera Jésus et la femme adultère.
Vous pouvez commander le livre à votre libraire préféré ou sur internet.

Conférence 
Conférence de garnison intitulée : «Quel avenir pour l’Iran ?»  le mardi 28 février 2017 à 18h00 à l’Ecole du Génie, 106 rue Eblé, 49000 Angers. 
Les personnes désirant y assister doivent faire parvenir - avant le 27/02 soir - un message électronique au secrétariat du cabinet du général afin qu'une liste des participants soit envoyée au service de sécurité de l'Ecole : marie-helene.martin@intradef.gouv.fr  
La conférence débutant à 18h00, il convient que chacun prenne ses dispositions pour recevoir un badge d'accès après remise d'une pièce d'identité puis être orienté vers l'amphithéâtre Adeline.

Visite 
Visite de la Commission française d’histoire militaire. 
Une rencontre avec les membres de l’Académie est prévue samedi 25 mars 2017 à 16h30 à l’Académie.


rappel
Réunions de Sections
	Section Sciences de la Vie
Vendredi 10 mars 2017 à 14h30 (salle 201)
	Section Sciences Humaines et Sociales
Vendredi 10 mars 2017 à 14h30 (salle 208)


Gérard LESAGE
Secrétaire général

Directeur de la Publication : Jean—Pierre BOIS.
Imprimé par nos soins.
ISSN : 1294-7938								 
Dépôt légal février 2017		
Nouveau numéro de téléphone	     Tél.   : 02. 41 .39. 13.61.
Courriel : academie-dangers@wanadoo.fr
angers.academie@orange.fr
	Site Web : www.academie-dangers.fr
https://webmail1f.orange.fr/webmail/fr_FR/read.html?FOLDER=SF_INBOX&IDMSG=35039&check=&SORTBY=1https://webmail1f.orange.fr/webmail/fr_FR/read.html?FOLDER=SF_INBOX&IDMSG=35039&check=&SORTBY=1mailto:academie-dangers@wanadoo.frmailto:angers.academie@orange.frhttp://www.academie-dangers.fr/Accueil.htmlshapeimage_2_link_0shapeimage_2_link_1shapeimage_2_link_2shapeimage_2_link_3shapeimage_2_link_4

Retour à l’accueil