BULLETIN FEVRIER 2016

 
	 L’Académie tiendra séance les : 

Vendredi 11 mars 2016
Hôtel de Livois

Exceptionnellement
15h00
                                                                                                    Séance publique

Séance organisée par la section Sciences Humaines et Sociales
                                                            -« Ernest Bazin (1826-1898), un Inventeur. » 
                                                                                        par M. Michel Vaissier 
                                                                            - « Le français en Amérique du Nord. » 
                                                                        par Mme. Françoise Têtu de Labsade
                        - « L’agriculture dans le canton de Gennes au XIXe siècle sous influence saint-simonienne. » 
                                                                                par M. Louis-Marie Beauvois 




Vendredi 18 mars 2016
Hôtel de Livois
15h00
Séance privée

                                                                                               16h00
Séance publique
                                                                Réception de membre titulaire : M. Alain Saulnier
                                                                                - Eloge de Mme Madeleine Salette
                                                            « Thomas Edward Lawrence : une personnalité complexe. »
                                                                                     par M. Alain Saulnier

                                    «Le livre de raison de Jean-Jacques Fabre, confiseur rue Saint Laud à Angers. »
                                                                                     par M. Daniel Gruau



	Printemps de l’Académie

	Dimanche 20 mars 2016
	                                                       de 15h00 à 18h00
	Hôtel de Livois



Séance ouverte à tous  
académiciens, parents, amis et à tous ceux qui désirent s’informer sur l’Académie et ses activités







                                              PROGRAMME


                                                        15h00
                        Jean-pierre BOIS, président de l’Académie
« Présentation de ses travaux d’historien : Histoire militaire, Relations internationales, Histoire européenne »

                                                        16h00
                                                                        Gildard GUILLAUME

                                                            « Romancier de l’Histoire »

                                                        17h00
                                                                            Gérard LESAGE 
« Itinéraire d’historien de Denain à Valmy »: 









SÉANCE PUBLIQUE DU 12 FEVRIER 2016

Sont prÉsents 
M. Olivier d' AMBRIÈRES, Mme Monique ASTIÉ, M. Robert AUDOIN, M. Yves BARTHET, M. Jean-Pierre BOIS, M. Benoît BOUMARD, M. Pierre BOUVET, M. Georges CESBRON, M. Lionel COUPRIS, M. Daniel COUTURIER, Mme Yvette DAMS-MONVILLE, Mme Élisabeth du RÉau, M. Joseph GIBOIN, M. Daniel GRUAU, M. Claude FERRAND, Mme Josette FOURNIER, M. Jean HLADIK, M. Luc LARGET-PIET, M. Jacques-Marie de LATROLLIÈRE, Mme Marie-Magdeleine LE DALL, M. Serge LE POTTIER, M. Gérard LESAGE, M. Jacques MAILLARD, M. Michel PECHA-SOULEZ, M. François PIGNIER, M. Bernard RICHE, M. Alain SAULNIER, M. François-Christian SEMUR, M. Jacques THOMAS, M. Michel VAISSIER, Mme Élisabeth VERRY,   membres titulaires

M. Jacques CHOPIN, M. Georges TIRAULT,   membres titulaires ÉmÉrites

M. Pierre ALLAIN, M. Jean-Louis BEAU, M. Louis-Marie BEAUVOIS, M. Jacques de BELENET, M. Jacques BIZARD, Mme Françoise BIZARD, M. Philippe BONEF, M. François BOULÊTREAU, Mme Maryvonne CHANTEUX, M. Dominique CHARBONNEL, M. Benoît DELTOMBE, M. Henry-Dominique DERSOIR, M. Jacques FERGON, M. Charles FOUSSARD, M. Philippe de FRESNAY, M. Rémy GERNIGON, M. Jean-André GOUYETTE, Mme Pascale GRÉMONT, M. Michel GUILLANEUF, M. Claude-Serge GUILLEMAIN, Mme Claude GUILLEMAIN, M. Gérard JACQUIN, M. Michel LAVÉDRINE, Mme Françoise LIZÉ-DUBOIS, M. Pierre MACHEFER, M. Dominique MAILLARD, M. Bernard SARTON du JONCHAY, M. Jean-Marc SEGUIN, M. Roland TRACCUCCI, M. Guy TRIGALOT,   membres associÉs.

Mme Micheline LESAGE,   invitÉe

S’Étaient fait excusér :
Mme Margreet DIELEMAN, Mme Marie-Claude GUILLERAND, Mme Catherine LESSEUR, M. Jacques MAUREAU, M. Jean-Claude REMY, M. Edmond RUBION, Mme Florence SOULEZ-LARIVIÈRE,   membres titulaires. 

Mme Simone BÉGUIER,   membre titulaire honoraire 

M. Pierre-Marie BETTON, M. Jérôme BODIN, Mme Laurence CHARVOZ, Mme Frédéricque FORCADET-BODIN, M. Jean-Louis GIARD, M. Jean-Yves JUSTEAU, M. Jean MALLET, Mme Marie-Thérèse MOIGNET, Mme Christiane MULOCHER-GAIRE, M. Jean-Claude PAVION, M. Michel PENNEAU, Mme Joëlle REMY, M. Jacques RICHOU, Mme Sylvette ROBSON, M. Philippe ROCQUET, Mme Jeanne ROGUET-PRIN, M. Furcy SOULEZ-LARIVIÈRE, Mme Françoise TÊTU DE LABSADE, Mme Anne de VAUTIBAULT,   membres associÉs. 

- « La France et l’interdiction des armes chimiques. » par M. Régis de Belenet

	Désarmer est une entreprise compliquée. A s’en tenir à deux questions, il est difficile de définir tant le champ précis d’une telle opération que sa date d’effet. C’est aussi une entreprise risquée car nul n’est jamais assuré que l’accord auquel on sera parvenu sera effectivement et unanimement respecté. 
	A l’issue de la Première Guerre Mondiale, et sous la pression de l’opinion publique, le gouvernement français va toutefois prendre l’initiative d’une interdiction des armes chimiques. La France sera le premier Etat à ratifier, en 1926, ce qui sera le Protocole de Genève de 1925. Un traité certes imparfait, qui ne prévoit par exemple pas de procédure de vérification et qui n’établit pas de liste exhaustive des produits proscrits, mais qui aboutira tout de même à une utilisation, durant la Seconde Guerre Mondiale, bien moindre que celle qui fut observée durant le conflit de 1914-1918.


	Les imperfections du Protocole de Genève et les craintes nées de l’accumulation d’armes chimiques durant la guerre froide ont amené de nouveau la France à organiser la tenue en 1989, à Paris, d’une conférence internationale sur le sujet. Cela aboutira à la signature de la Convention sur l’Interdiction des Armes Chimiques (CIAC), définissant avec précision les produits prohibés et prévoyant un dispositif de vérification permanent avec la création, d’une part d’une autorité nationale dans chaque Etat signataire, et d’autre part d’un organisme international ad hoc, l’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques (OIAC). Ratifié très largement, ce texte a une portée quasi-universelle. Pour son application, la France, qui a été le premier Etat membre du Conseil de Sécurité de l’ONU à l’avoir ratifié, participe activement à la formation des inspecteurs chargés des opérations de contrôle. 

Le bilan est peut-être nuancé comme le montre le retard pris, notamment, par les Etats Unis et la Russie dans la destruction de leurs stocks. La CIAC n’a pas non plus empêché l’utilisation de ce type d’armes dans le conflit en Syrie. Mais elle marque tout de même un pas décisif, qu’il convient de parachever.
De nouveaux défis apparaissent, dans un inquiétant climat d’instabilité qui s’installe dans plusieurs pays, mais l’histoire de l’interdiction des armes chimiques  donne des raisons d’espérer. La tâche est certes compliquée, les résultats parfois décevants, mais en définitive, en ce domaine, comme dans d’autres, le droit international progresse, notamment grâce à l’appui constant des opinions publiques. Le prix Nobel de la paix a d’ailleurs été attribué à l’OIAC en 2013. 

L’ordre du jour appelle ensuite l’intronisation, comme membre titulaire, au fauteuil n° 60, de Gérard Lesage qui, faisant l’éloge de son prédécesseur Jacques Jeanneau rappelle le parcours de notre regretté confrère, souligne ses qualités humaines et évoque sa contribution à la connaissance de l’Anjou par ses nombreux et riches travaux de géographie historique.
Il fait ensuite une communication sur Nicolas Beaurepaire.


- « Nicolas Beaurepaire : cet inconnu. » par M. Gérard Lesage

	Qui était Nicolas Beaurepaire dont la statue domine, à Angers, le pont de Verdun ? 
	Beaurepaire est né à Coulommiers le 7 janvier 1740. C’est le deuxième fils d’un épicier, mais qui deviendra aussi échevin de sa ville. Il n’a pas 18 ans lorsqu’il s’engage dans les carabiniers, un corps d’élite de la cavalerie. Après avoir participé aux campagnes d’Allemagne durant la guerre de Sept Ans, il rejoint Saumur. Lentement (son origine roturière ne permet guère un avancement plus rapide), cet homme sorti du rang gravit les différents échelons de la hiérarchie militaire, jusqu’à avoir rang de capitaine. Il a alors 46 ans. 
	Entre temps il s’est marié en Anjou avec la fille d’un notable rural, fermier général de la terre du Plessis Baudouin, dans ce qui était alors, au nord-est des Mauges, le petit village de Joué. Un beau mariage pour Beaurepaire. Sa femme est riche et sa belle-famille n’est composée que de gens de bien. L’un de ses beaux-frères fut consul de la ville d’Angers. Une alliance qui l’aidera quand il briguera, en 1791, le suffrage des soldats enrôlés dans le 1er bataillon des volontaires de Maine et Loire, très majoritairement des jeunes gens de la bourgeoisie angevine.
	Lorsqu’un an plus tard la guerre est déclarée, le bataillon est envoyé à Verdun. C’est là qu’assiégée, par les Prussiens, la garnison française, capitule le 2 septembre 1792. Quelques heures avant que ne soit signée la reddition, Beaurepaire, nommé commandant militaire de Verdun quelques semaines auparavant, est retrouvé mort dans son appartement de l’hôtel de ville. Suicide ou meurtre ? On ne sait trop et on ne saura sans doute jamais.

La Révolution choisira d’emblée. Ce sera le suicide d’un soldat qui préféra la mort au déshonneur. C’est ainsi que la mort de Beaurepaire entrera dans notre récit national.
C’est ce geste héroïque que met en scène la statue du pont de Verdun et qui sera magnifié par Alexandre Dumas dans son roman «  Le docteur mystérieux ». Louis Philippe fera inscrire le nom de Beaurepaire sur l’Arc de Triomphe et placer son portrait dans le musée de l’Histoire de France du château de Versailles.



SÉANCES DU 26 FEVRIER 2016

Sont prÉsents 
M. Olivier d' AMBRIÈRES, Mme Monique ASTIÉ, M. Robert AUDOIN, M. Yves BARTHET, M. Jean-Pierre BOIS, M. Benoît BOUMARD, M. Pierre BOUVET, M. Christian BRÉGEON, M. Lionel COUPRIS, Mme Yvette DAMS-MONVILLE, Mme Margreet DIELEMAN, Mme Élisabeth du RÉau, M. Joseph GIBOIN, M. Daniel GRUAU, M. Maurice FAËS, M. Claude FERRAND, Mme Josette FOURNIER, Mme Marie-Magdeleine LE DALL, M. Serge LE POTTIER, M. Gérard LESAGE, Mme Catherine LESSEUR, M. Jacques MAILLARD, M. Jacques-Henri MARTIN, M. Jacques MAUREAU, M. Michel PECHA-SOULEZ, M. Philippe PICHOT-BRAVARD, M. Jean-Claude REMY, M. Bernard RICHE, M. Pierre SCHMITT, Mme Florence SOULEZ-LARIVIÈRE, M. Jacques THOMAS, M. Michel VAISSIER,   membres titulaires

M. Jacques CHOPIN, M. René COMBRES,   membres titulaires ÉmÉrites 

Mme Christiane ASTOUL, Mme Catherine-Maïten AUSCHITZKY, M. Raymond BATTAIS, M. Max BARAT, M. Louis-Marie BEAUVOIS, M. Michel BERNARDIN, M. Jacques BIZARD, Mme Françoise BIZARD, M. Philippe BONEF, M. Yves CADOU, M. Dominique CHARBONNEL, M. Jean Paul DARDUN, M. Benoît DELTOMBE, Mme Jeanne DUVAL-LE GOFF, M. Charles FOUSSARD, M. Philippe de FRESNAY, M. Daniel GARANDEAU, Mme Jeanne de GÉRIN-RICARD, M. Rémy GERNIGON, M. Jean-Louis GIARD, M. Patrick GILLET, M. Jean-André GOUYETTE, M. Hervé de GOUYON, M. Jean GRELON, Mme Pascale GRÉMONT, M. Michel GUILLANEUF, M. Claude-Serge GUILLEMAIN, Mme Claude GUILLEMAIN, Mme Monique JOLLIVET-DAVID, M. André JOUBERT, Mme Denise LAMAISON, M. Philippe LE PICART, M. Georges LEGUILLANTON, M. Jean-Marie LIMAL, M. Pierre MACHEFER, M. Dominique MAILLARD, Mme Marie-Thérèse MOIGNET, M. Jean MORLONG, M. Patrick MORNET, M. Jean-Claude PAVION, M. Hervé du PONTAVICE, M. Louis de QUATREBARBES, M. Serge QUENTIN, Mme Joëlle REMY, M. Jean ROBERT, Mme Jeanne ROGUET-PRIN, M. François-Michel SOULARD, M. Furcy SOULEZ-LARIVIÈRE, Mme Christine STRULLU-DERRIEN, M. Philippe TARDY-JOUBERT, M. Roland TRACCUCCI,   membres associÉs.

S’Étaient fait excusér :
M. Georges CESBRON, M. Daniel COUTURIER, M. Dominique LAMBERT DE LA DOUASNERIE, M. Jacques-Marie de LATROLLIÈRE, M. Alain SAULNIER, M. François-Christian SEMUR, Mme Elisabeth VERRY,   membres titulaires. 

M. Georges TIRAULT,   membre titulaire ÉmÉrite

Mme Simone BÉGUIER,   membre titulaire honoraire 

M. Jérôme BODIN, M. Roger BOISSEAU, M. François BOULÊTREAU, Mme Laurence CHARVOZ, M. Grégoire DUVAL, M. Pierre-Anne FORCADET, Mme Frédéricque FORCADET-BODIN, M. Jean-Yves JUSTEAU, M. Michel LAVÉDRINE, M. François LECOQ-VALLON, Mme Françoise MARMIN, Mme Christiane MULOCHER-GAIRE, M. Michel PENNEAU, Mme Hélène POLOVY, Mme Sylvette ROBSON, M. Philippe ROCQUET, M. Bernard SARTON du JONCHAY, Mme Françoise TÊTU DE LABSADE, Mme Maÿlis THURET, M. Guy TRIGALOT, Mme Anne de VAUTIBAULT,   membres associÉs. 




SÉANCE PRIVÉE DU 26 FEVRIER 2016

	Jean Claude Remy présente en premier lieu la candidature à notre Académie de Mihaela Girtan. Il précise que Philippe Séjourné est associé à cette présentation. 
	Mihaela Girtan enseigne la physique de la matière condensée à l’Université d’Angers. Elle est membre de nombreux organismes européens et internationaux. Jean-Claude Remy souligne qu’elle pourra apporter à notre compagnie sa jeunesse, son dynamisme et ses compétences, et qu’elle pourra contribuer à l’ouverture de l’Académie à l’international.
	Cette candidature est acceptée à l’unanimité.



Se tient ensuite l’Assemblée Générale.

Après avoir rappelé nos confrères disparus l’an dernier, le président Jean-Pierre Bois donne la parole à Daniel Gruau pour le rapport d’activité. Celui-ci est approuvé à l’unanimité.
Le rapport financier est ensuite présenté par Yves Barthet. Il est précisé que les comptes ont été approuvés au dernier CA. Au terme de la présentation du rapport, le président Bois indique qu’il a reçu un courrier du département laissant prévoir une diminution de sa subvention. Le rapport financier est adopté à l’unanimité et quitus est donné au trésorier pour l’exercice 2015. Par ailleurs, le maintien des montants actuels de la cotisation (100€ pour les membres titulaires, 85€ pour les membres associés) est décidé.

Le président Bois présente enfin le rapport moral. Après avoir chaleureusement remercié le président Remy, ainsi que tous ceux qui l’ont aidé dans sa présidence, pour l’excellence des conditions dans lesquelles s’est opérée la passation de pouvoirs, après s’être aussi félicité de la qualité du concours qu’apporte Madame Benhima dans le fonctionnement de l’Académie, il rappelle les grandes dates à venir, le printemps de l’Académie le 20 mars, la réunion de la CNA à Paris le 7 juin, la rencontre des Académies de l’Ouest à Caen le 11 juin, la réunion de la CNA à Toulon du 6 au 9 octobre.
Il rappelle aussi que son objectif prioritaire est de renforcer davantage encore le rayonnement de l’Académie. Pour ce faire, il envisage de favoriser la tenue de réunions hors les murs, à l’image de la séance organisée l’an dernier à l’Ecole du Génie  A cet égard, l’organisation de la séance du 16 décembre à la Collégiale Saint-Martin sera assurément un moment très important pour notre compagnie. Il indique ensuite qu’il envisage de mener une réflexion, en liaison avec le CA, sur l’organisation des séances, et sur la forme que pourraient prendre des manifestations au cours desquelles des intervenants extérieurs à l’Académie seraient entendus par les Académiciens. A cet égard, comme l’a rappelé Jean Claude Remy, il importe bien évidemment de conserver l’esprit de l’académie en permettant aux Académiciens de faire part de leurs recherches et études au moyen d’une communication. Mais dans le même temps il peut être utile d’organiser, à l’instar de ce qui a été fait avec le colloque sur les lieux de culte en Anjou, mais avec une dimension moindre, des rencontres dans lesquelles, sur telle ou telle thématique, un point global pourrait être fait y compris avec la participation de personnalités extérieures.  

En remerciant tous les Académiciens pour leur aide, Jean-Pierre Bois achève en leur disant toute sa confiance pour l’avenir. 



SÉANCE PUBLIQUE DU 26 FEVRIER 2016

- « Charles Davila, fondateur des services de santé civil et militaire en Roumanie à partir de 1853. » par Mme Josette Fournier. 

	C’est à l’issue d’un congrès de la société internationale d’histoire de la pharmacie, au cours duquel avait été évoquée l’œuvre de Charles Davila, que notre consoeur a décidé de conduire une recherche à son sujet.
Né à Parme en 1828, Charles Davila est précocement entré en France pour y suivre ses études (il est élève du Collège royal de Limoges dès 1842). Il entreprend ensuite des études de médecine et de pharmacie à Nantes, sous la conduite de son tuteur Ange Guépin, études qu’il poursuit à Angers. En Anjou, on le verra participer activement aux opérations de sauvetage suite à l’effondrement en 1850 du pont de Basse Chaîne. On le verra aussi mettre au point quelques remèdes contre le choléra, notamment une teinture anti-diarrhéique. 
En 1852, il choisit de s’installer à Bucarest où l’Université recherchait un professeur de chimie et de biologie. C’est le début d’un intense travail qui fera de Davila le fondateur des services de santé civile et militaire de la Roumanie. Enseignant, il est aussi un médecin militaire très actif qui réorganise les services médicaux et ambulanciers de l’armée. Il sera de même à l’origine de la création du jardin botanique de Bucarest.

La guerre de 1870 le verra revenir en France où, en Champagne, il mettra sur pied un service d’ambulanciers. Son action humanitaire lors de la guerre russo-turque sera saluée par tous les pays belligérants. 
Fut également évoquée dans cette communication très compète l’affiliation, à compter de 1874, de Charles Davila à la Franc-Maçonnerie.
En conclusion de son intervention, notre consoeur a souligné l’apport majeur de Davila dans la mise en place en Roumanie d’une médecine de qualité. De nombreux médecins roumains exercent d’ailleurs aujourd’hui dans des hôpitaux français. A sa mort, des funérailles nationales seront organisées à Bucarest.

En complément Christian Brégeon, après avoir salué la qualité de la recherche de Josette Fournier, indique que pour honorer la mémoire de Davila, une statue a été érigée à l’entrée de l’école de médecine de Bucarest. 












Carnet de l’Académie

	Le tome XXX des Mémoires de l’année 2015 est paru. Il peut être retiré au secrétariat de l’Académie. Il peut être aussi envoyé (pour cela adresser un chèque de 6 euros pour frais d’envoi).





Rencontre-Interacadémique
	L’Académie de Caen nous invite à la 3ème rencontre des Académies de l’Ouest, membres de la CNA, le 11 juin 2016. Cette rencontre aura pour thème « Fleuves, estuaires et civilisations».
Chacune des Académies est invitée à présenter une communication sur ce sujet. Une réponse est nécessaire avant la fin mars 2016.

Voyage culturel 
	Sortie annuelle de l’académie le 16 juin 2016 : visite de parcs et jardins de l’Anjou du plus exceptionnel au plus habituel sous la conduite de M. Jacques Bizard.

décès
L’Académie a perdu, en décembre dernier, l’un de ses membres associés, M. Alain Tricoire, membre associé depuis 2011, il a notammant réalisé le trombinoscope de l’Académie
Nous apprenons aussi le décès de Emile Dagorn membre associé de 2005 à 2013. L’Académie exprime sa vive sympathie à leurs familles.


rappels
Réunion de Section 
	Section Sciences Economiques et Sociétales
Vendredi 11 mars 2016 à 14h00 (salle 202)


Prochaines communications
Vendredi 15 avril 2016
	16h00 : Séance publique
- « Des limites au Moyen Age, encadrement, défenses, économie, passages et échanges dans un monde qui bouge. » par M. Michel Pecha
- « La notion de frontière au XVIIIe siècle, l’exemple du nord de la France. » par M. Gérard Lesage

Vendredi 29 avril 2016
	15h00 : Séance privée 
	16h00 : Séance publique 
- « Meusnier de La Place. » par M. Serge Le Pottier, Mme Josette Fournier et M. Roland Traccucci















Gérard LESAGE
Secrétaire Général

Directeur de la Publication : Jean—Pierre BOIS.
Imprimé par nos soins.
ISSN : 1294-7938								 
Dépôt légal février 2016		


Nouveau numéro de téléphone	: 02. 41 .39. 13.61.
Courriel : academie-dangers@wanadoo.fr
angers.academie@orange.fr
	Site Web : www.academie-dangers.com
mailto:academie-dangers@wanadoo.frmailto:angers.academie@orange.frhttp://www.academie-dangers.com/Accueil.htmlshapeimage_2_link_0shapeimage_2_link_1shapeimage_2_link_2
Retour à l’accueilPublications.html