BULLETIN AVRIL 2018

 

L’Académie tiendra séance les :


Vendredi 25 mai 2018

Hôtel de Livois


15h00

                                                                               Séance privée



                                                                          16h00

Séance publique


- « Nos morts, par leurs petits noms » par M. Yves Durand



  1. -«  La bande dessinée, 9ème art, 2ème partie» par M. François-Michel Soulard





Vendredi 08 juin2018

Hôtel de Livois



                                                                            16h00

Séance publique


- « La librairie royale de Charles V » par Mme Véronique de Becdelièvre



- « Historique des nombres des origines à nos jours.» par MM. Jean Hladik et Roland Traccucci




SÉANCES DU 30 MARS 2018



Sont présents 
M. Jean-Pierre BOIS, M. Pierre BOUVET, M. Christian BRÉGEON, M. Georges CESBRON, M. Lionel COUPRIS, M. Daniel COUTURIER, Mme Yvette DAMS-MONVILLE, Mme Élisabeth du RÉAU, M. Joseph GIBOIN, M. Daniel GRUAU, Mme Josette FOURNIER, M. Claude-Serge GUILLEMAIN, Mme Marie-Magdeleine LE DALL, M. Serge LE POTTIER, M. Jean-Marie LIMAL, M. Jacques MAILLARD, M. Guy MASSIN-LE GOFF, Mme Denise Joëlle REMY, M. Bernard RICHE, M. Jacques THOMAS, M. Etienne VACQUET, M. Michel VAISSIER,   membres titulaires

M. Georges TIRAULT,   membre ÉmÉrite

M. Louis-Marie BEAUVOIS, M. Daniel BLOUIN, M. Hubert CHENUT, M. Augustin de BÉTHUNE HESDIGNEUL, M. Hervé de CHARETTE, M. Benoît DELTOMBE, M. Joël DRÉAN, M. Alain FOUGERAY, Mme Natalie FRANÇOIS, M. Renaud FRANÇOIS, M. Rémy GERNIGON, M. Michel GUILLANEUF, Mme Claude GUILLEMAIN, M. Julien KILANGA, M. Michel LAVÉDRINE, M. Alain LEFEBVRE, M. Didier LEROY, Mme Fabienne MARTEAU, M. Bernard SARTON du JONCHAY, M. Alain SCHNEIDER, M. François-Michel SOULARD, Mme Françoise TÊTU DE LABSADE, M. Rémi THUAU,   membres associÉs.



S’étaient fait excuser :
M. Olivier d' AMBRIÈRES, Mme Monique ASTIÉ, M. Yves BARTHET, Mme Margreet DIELEMAN, M. Claude FERRAND, M. Gérard LESAGE, Mme Catherine LESSEUR, M. Jacques MAUREAU, M. Philippe PICHOT-BRAVARD, M. Jean-Claude REMY, Mme Florence SOULEZ-LARIVIÈRE,   membres titulaires. 

M. Michel BERNARDIN, M. Jacques BIZARD, Mme Françoise BIZARD, M. Jérôme BODIN, M. Raphaël BODIN, M. Dominique CHARBONNEL, Mme Laurence CHARVOZ, M. Raphaël COURANT, M. Michel DANIN, M. Pierre-Anne FORCADET, Mme Frédéricque FORCADET-BODIN, Mme Pascale GRÉMONT, Mme Denise LAMAISON, M. Dominique MAILLARD, Mme Christiane MULOCHER-GAIRE, M. Michel PENNEAU, M. Scévole POCQUET de LIVONNIÈRE, Mme Sylvette ROBSON, M. Philippe ROCQUET, M. Furcy SOULEZ-LARIVIÈRE, Mme Maÿlis THURET, M. Guy TRIGALOT,   membres associÉs. 


SÉANCE PRIVEE DU 30 MARS 2018

Le président ouvre la séance en rappelant l’échéance à fin avril des inscriptions pour le déplacement du 13 juin à Paris.
Il revient sur les élections du Conseil d’Administration, la reconduction du Bureau, et les élus rapportés dans le précédent bulletin. La fonction de secrétaire de séance, jusqu’alors remplie par notre confrère M. Gérard Lesage, sera dorénavant tenue par le marquis de Béthune Hesdigneul, membre associé. Notre président en profite pour remercier vivement M. Lesage de ces trois années de travail pour le rapport des séances et rappelle que l’Académie pourra faire appel à lui si le nouveau secrétaire venait à être absent. La communication de l’Académie est confiée à M. Yves Durand, qu’il remercie encore pour le beau succès du « Printemps de l’Académie » du 18 mars dernier.
Il rappelle que deux opérations sont en cours : le voyage en Grèce qui aura lieu du 9 au 16 avril avec la rencontre entre deux représentants de l’Académie d’Athènes et l’Académie d’Angers le 11 avril ; et la nomination d’un nouveau membre correspondant étranger, M. Dimitru Alexandru, professeur à l’université de Iasi, membre correspondant de l’Académie des Sciences Techniques de Bucarest.
Il termine par la vie de l’Académie, avec la démission de M. Michel Vaissier et du professeur Philippe Séjourné, qui seront nommés membres titulaires honoraires, libérant ainsi leur fauteuil. Par ailleurs, sont présentées au vote les candidatures de Mme Plessis parrainée par Mme Remy ainsi que par le docteur François Soulard ; et M. Paul Fallet parrainé par M. d’Ambrières. Ces nouveaux membres associés seront élus à une très large majorité.

M. Daniel Couturier, prend ensuite la parole pour annoncer avec joie que notre confrère, le docteur Patrick Mornet, s’est vu décerner le prix 2017 « Histoire de la Médecine de la Société d’histoire de la médecine et de l’Académie nationale de médecine » pour son ouvrage « Gaston Contremoulins (1869-1950). Pionnier visionnaire de la radiologie ».
Il présente ensuite deux ouvrages de membres de l’Académie. 
Le premier livre écrit par notre confrère M. Michel Vaissier, « Une urne de Cana en Anjou » paru en 2018 aux éditions Feuillage, conte l’histoire de l’urne en porphyre rouge offerte en 1449 par le Roi René à la Cathédrale d’Angers, et qui aurait servi au Christ pour transformer l’eau en vin lors des Noces de Cana. M. Couturier revient sur les différents ouvrages de l’auteur, et sur son interview parue dans les journaux locaux.
Le second ouvrage est celui de Maître Gildard Guillaume, « Les femmes de l’Arc. Mme Roland et Joséphine », paru aux éditions de la Bisquine en 2017. On retrouve sur l’Arc de Triomphe de la place de l’Étoile à Paris, parmi quarante personnages célèbres de la Révolution et de l’Empire, seulement deux femmes : Madame Roland et Joséphine de Beauharnais, figures choisies par le roi Louis-Philippe pour y être représentées. L’auteur fera une précise biographie croisée de trois « personnages », comprenant l’Arc de Triomphe lui-même.

SÉANCE PUBLIQUE DU 30 MARS 2018

- « Application en Maine-et-Loire du décret du 25 mars 1810.» par M. Alain Fougeray

	Notre confrère M. Alain Fougeray aborde son sujet en rendant hommage à son épouse et à notre confrère M. Lionel Coupris pour leur aide dans ses recherches. C'est ainsi que Napoléon, à l'occasion de son mariage avec l'archiduchesse Marie-Louise, reprenant une tradition ancienne, publie un décret qui, outre des mesures de clémence, prévoit de récompenser « les petits, les obscurs, les sans-grades » qui l'avaient accompagné dans son ascension vers le sommet de sa gloire. 
Selon le texte du décret « Six mille militaires en retraite ayant fait au moins une campagne, seront mariés le 22 avril prochain, avec des filles de leurs communes auxquelles il sera accordé une dote de douze cent francs pour Paris et six cents francs dans le reste de l'Empire ».
Alain Fougeray nous a fait revivre la préparation de ces mariages en Maine et Loire où trente communes ont appliqué scrupuleusement ce décret en organisant ces mariages « imposés » qui furent l'occasion de réjouissances publiques, témoins de l'adhésion des populations au régime impérial.
Un débat s'instaure sur cette curieuse politique matrimoniale et ses effets dans le temps. Notre confrère évoque la richesse du Fonds d'Archives Nationales et notamment les documents de l'administration personnelle de Joseph Fouché, duc d'Otrante.

-« Prédicat en grammaire » par M. Alain Schneider 

	Notre confrère, M. Alain Schneider nous présente la notion de prédicat en grammaire qui créa la polémique suite à son apparition au Bulletin Officiel de l’Éducation Nationale en 2015. Le « prédicat » vient de la philosophie et plus particulièrement de la logique formelle qui signifie « ce qui est affirmé ou nié d’un sujet ». On le retrouve en logique mathématique, en linguistique et bien entendu en grammaire. Pour cette dernière, dans le programme des CM1 CM2 du BO, on lit que « la phrase comporte deux éléments principaux : le sujet et le prédicat, qui apporte une information à propos du sujet. Le prédicat est le plus souvent composé d'un verbe et de ses compléments s'il en a. »
Cette notion ambiguë a été extrapolée par la Presse début 2017, annonçant que le prédicat viendrait remplacer le « complément d’objet direct », le « complément d’objet indirect », le « complément d’objet second » et ce qui s’y rapporte, semant la confusion et appuyant le sentiment de déclin de l’éducation. Le Conseil Supérieur des Programmes fera un communiqué suite à cette polémique, affirmant qu’au contraire le prédicat ne vient ajouter qu’une étape supplémentaire dans l’apprentissage de la langue, permettant de mieux appréhender par la suite les COD, COI, COS etc. 
	Le nouveau ministre de l’Éducation Nationale viendra clore ce débat, s’insurgeant « contre cette fausse bienveillance qui consiste à retarder les apprentissages ! ». 
	Le prédicat a donc déjà vocation à disparaître. Pourtant cette convention venait ajouter une étape importante dans l’étude scientifique de la phrase. Cela au même titre que les divers compléments de la phrase, tout aussi conventionnels, que l’on était bien obligé de lister et ranger, cela parfois de manière impropre…





SÉANCES DU 27 AVRIL 2018

SÉANCE PRIVEE DU 27 AVRIL 2018

Sont présents 
M. Gilles d' AMBRIÈRES, M. Olivier d' AMBRIÈRES, Mme Monique ASTIÉ, M. Robert AUDOIN, M. Yves BARTHET, M. Jean-Pierre BOIS, M. Benoît BOUMARD, M. Pierre BOUVET, M. Christian BRÉGEON, M. Georges CESBRON, M. Lionel COUPRIS, M. Daniel COUTURIER, M. Daniel GRUAU, Mme Josette FOURNIER, M. Claude-Serge GUILLEMAIN, M. Jacques-Marie de LATROLLIÈRE, Mme Marie-Magdeleine LE DALL, M. Georges LE GUILLANTON, M. Serge LE POTTIER, M. Gérard LESAGE, Mme Catherine LESSEUR, M. Jacques MAILLARD, M. Jacques MAUREAU, Mme Denise Joëlle REMY, M. Jean-Claude REMY, M. Bernard RICHE,   membres titulaires

M. Michel VAISSIER,   membre HONORAIRE

M. Pierre ALLAIN, M. Louis-Marie BEAUVOIS, M. Jacques BESSON, M. Daniel BLOUIN, M. Raphaël BODIN, M. Philippe BONEF, M. Jean Claude BROUILLARD, M. Dominique CHARBONNEL, M. Hubert CHENUT, M. Jean Paul DARDUN, M. Augustin de BÉTHUNE HESDIGNEUL, M. Philippe de FRESNAY, M. Joël DRÉAN, M. Yves DURAND, M. Michel GARREAU de LABARRE, Mme Claude GUILLEMAIN, M. Gérard JACQUIN, M. René JAMES, M. Jacques KERYELL, M. Julien KILANGA, Mme Denise LAMAISON, M. Denis LEIBER, Mme Françoise LIZÉ-DUBOIS, Mme Christiane MULOCHER-GAIRE, M. Michel PENNEAU, Mme Hélène POLOVY, M. Jean ROBERT, M. Jacques ROUESSÉ, M. Furcy SOULEZ-LARIVIÈRE, M. Rémi THUAU,   membres associÉs. 

S’étaient fait excuser :
Mme Yvette DAMS-MONVILLE, Mme Margreet DIELEMAN, M. Joseph GIBOIN, M. Philippe PICHOT-BRAVARD, Mme Florence SOULEZ-LARIVIÈRE, M. Jacques THOMAS,   membres titulaires

M. Max BARAT, M. Pierre-Marie BETTON, M. Jacques BIZARD, Mme Françoise BIZARD, M. Jérôme BODIN, Mme Maryvonne CHANTEUX, Mme Laurence CHARVOZ, M. Michel DANIN, Mme Anne de VAUTIBAULT, M. Benoît DELTOMBE, Mme Frédéricque FORCADET-BODIN, M. Alain FOUGERAY, M. Jean-Louis GIARD, M. Dominique MAILLARD, Mme Marie-Thérèse MOIGNET, M. Scévole POCQUET de LIVONNIÈRE, Mme Sylvette ROBSON, M. Philippe ROCQUET, M. François-Michel SOULARD, Mme Françoise TÊTU DE LABSADE, M. Guy TRIGALOT,   membres associÉs.

Notre président ouvre la séance en annonçant le rappel à Dieu de M. Claude Ferrand, membre titulaire, dont les obsèques ont eu lieu le 14 avril. L’Académie reprendra à cette occasion le principe de l’envoi d’une gerbe pour saluer la disparition d’un des siens.

De retour de Grèce, le président fait un bref bilan du voyage, et annonce un futur compte rendu qui est en cours de rédaction. Le contact est établi avec l’Académie d’Athènes, qui a réservé un bel accueil à la nôtre. Il en profite pour remercier M. Roger Massé, son association Athéna, et le docteur François Soulard qui ont organisé le voyage.

Le 13 avril a eu lieu la remise du prix de l’Académie à l’Université Catholique de l’Ouest, en présence de M. Pierre-Louis Boyer, vice-doyen de la Faculté de droit, économie, gestion, en charge de la vie étudiante. L’Académie était représentée par trois de nos membres, Maître Michel Guillaneuf, M. Gérard Lesage et M. Philippe Pichot-Bravard, vice-président de l’Académie. Nos hôtes ont souligné l’intérêt du partenariat noué avec l’Académie. Le prix est décerné à l’occasion de l’épreuve de controverse. Le jury a récompensé mademoiselle Elsa Remy, qui a débattu sur la question de savoir si, juridiquement, nous étions propriétaires de notre corps, question à laquelle elle a répondu positivement. Le jury lui a attribué la note de 19/20, marque de l’excellence de sa prestation. Monsieur Pierre-Louis Boyer a profité de cette rencontre pour présenter sa candidature en tant que membre associé de notre Académie.

L’Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts, organisatrice de la Conférence Nationale des Académies de 2018 a diffusé son programme, titré « Des Étoiles et des Hommes », sur les journées des 3, 4 et 5 octobre 2018. Le programme peut être consulté en détail sur le site internet de l’Académie : www.academie-aslaa.alsace

Le professeur Georges Cesbron prend ensuite la parole pour faire un compte-rendu de l’ouvrage de notre confrère M. Daniel Couturier paru en avril 2018 : Herder à Nantes et à Angers en 1769 : aux sources du romantisme, Angers, Académie d’Angers, Saint-Léger éditions. Il s’agit du premier livre édité par l’Académie, consacré au séjour dans notre région de Johann Gottfried Herder, poète philosophe et théologien allemand du XVIIIe siècle. Cette découverte de la France, que lui a inspiré la lecture de Voltaire, engendrera les prémices du romantisme.

M. Daniel Couturier, présentera à son tour deux ouvrages de membres de l’Académie. 

	Le premier est écrit par notre confrère M. Gilles d’Ambrières et intitulé Les Turpin de Crissé, paru en 2017. Il s’agit d’une magistrale biographie de cette célèbre famille catholique angevine, aujourd’hui éteinte, connue dès le XIIe siècle et qui se distingua par ses fonctions, ses hommes de guerre et ses alliances. L’auteur va bien au-delà de la simple généalogie de cette maison, qui a déjà été plusieurs fois traitée, pour « redonner vie » à des personnages grâce à des sources originales, et notamment le Minutier général des archives nationales. Un remarquable travail d’historien, avec plus de quatre-vingt pages en annexe.

	Le second ouvrage, Beccaria, Voltaire et Napoléon, ou l’étrange humanisme pénal des Lumières (1760-1810), chez Dominique Martin, paru en 2018 traite de la vision commune de l’évolution du droit pénal qu’on dit communément influencé sous la Révolution par l’humanisme de Voltaire et de Beccaria. Celui-ci contraste par la suite avec la stricte rigueur prévalant sous l’Empire et les codes « criminels » napoléoniens. En fait l’auteur, notre confrère le professeur Xavier Martin, historien du droit, vient relativiser et même remettre en cause ce schéma ambivalent. Il analyse les pensées des différents auteurs pourtant centrées sur l’être humain, mais où prévaut surtout une notion de continuité utilitariste.


SÉANCE PUBLIQUE DU 27 AVRIL 2018

- « La politique linguistique de la Francophonie et la problématique de l’anglais. » par M. Julien Kilanga
Notre confrère le professeur Julien Kilanga, linguiste et sociolinguiste, enseignant-chercheur en didactique du français langue étrangère, nous présente ce sujet qui lui tient à cœur. Sujet qu’il a maintes fois défendu lors de ses fonctions à l’Organisation Internationale de la Francophonie.

	La communication débute sur une interrogation, celle d’une langue française en détresse et en net recul face à l’anglais, qui lui est considéré comme universel et incontournable, et cela dans l’indifférence du public et du politique qui y consacre peu de ressources. Le constat est sombre et pourtant le français est la deuxième langue la plus parlée dans le monde. Elle est unique dans treize pays, officielle dans huit pays africains, deux pays d’Amérique et dans plusieurs pays européens. Et par dessus tout, elle est la langue par excellence de la création littéraire…
	La Francophonie, depuis 1970, regroupe différents pays unis par cette langue officielle commune. Si cette Organisation défend le français comme lien fondateur, elle le fait dans le respect fondamental des autres langues qu’on peut retrouver au sein de chaque pays. Et face à la concurrence de l’anglais, au lieu de l’affronter directement, elle se pose en partenaire à ses côtés, comme un mariage de raison.
	Bien entendu, on peut s’attendre à une « perturbation » du fait de l’influence d’autres langues, qui donnerait à terme une fragmentation en plusieurs français différents. Face à cet écueil, il faut organiser ce partenariat par un aménagement linguistique qui ne peut découler que d’une volonté politique claire, qui tienne le plus grand compte de chaque situation. L’Organisation Internationale de la Francophonie mettra donc en place, comme solution possible, une « politique intégrée » de la langue française. Elle propose de renforcer la place et le rayonnement du français sur la scène internationale, relever le défi politique du multilinguisme, adapter l’action multilatérale aux contextes linguistiques régionaux et nationaux, consolider le français comme langue d’accès au savoir pour tous, mettre en valeur l’apport de la langue française au développement économique, et valoriser l’usage de la langue française.
	Pour conclure le professeur Kilanga nous rappelle que pendant longtemps le français fut un talent à acquérir. La Francophonie met en place les moyens pour une stratégie de renforcement du français sur la scène internationale à l’horizon 2050, pour qu’il conserve les atouts qui, aujourd’hui, lui confèrent encore un statut, des fonctions et un certain pouvoir d’influence face à l’anglais. Car comme le dit si bien notre confrère, « la langue française est une étoile… ».
S’en est suivi, comme on pouvait attendre d’un sujet aussi passionnant, de nombreuses questions à l’intervenant, qui ont dû être malheureusement écourtées faute de temps.

- « Les Jobs sous la révolution, comportements démographiques et sociaux à Morannes aux XVIIIe et XIXe siècles.» par M. Raphaël Bodin
	Notre confrère, M. Raphaël Bodin nous invite à découvrir les « Jobs », nom donné aux habitants de Morannes, bourg important sous l’Ancien Régime, situé dans le Maine-et-Loire, aux confins de la Mayenne et de la Sarthe. Cette communication s’appuie sur des recherches originales de l’auteur, effectuées dans le cadre d’un mémoire soutenu à l’Université de la Sorbonne, Paris IV. Elle entend proposer une sorte d’état des lieux de cette petite cité, autour de l’époque révolutionnaire.
	Morannes est un exemple intéressant, car il s’y trouve différentes particularités démographiques telles qu’une natalité et une mortalité faibles, venant mettre à mal les différents à priori qu’un non-initié peut avoir de cette période. Les femmes se marient tard, et ont ainsi moins d’enfants. La mortalité est quant à elle, en baisse. En découle naturellement une augmentation significative de la population. Une transition démographique engagée dès le XVIIIe siècle, et pour laquelle la France était très en avance sur les autres pays.
	D’autres aspects sont mis en avant, tels que la ventilation socio-professionnelle des populations actives de Morannes et la nature de leurs habitats. Village évolué, et résidence d’été des Évêques d’Angers, il compte bien entendu une grande majorité de fermes, mais aussi beaucoup d’artisans et de commerçants, ce qui était peu courant en France.
	Au-delà des statistiques pures, des sources telles que les délibérations du conseil municipal ou des récits de témoins permettent de rendre compte d’une période qui gronde. L’étude ne néglige pas non plus les différentes familles qui dirigent de fait la commune, leur extinction, leur remplacement, etc.


	Carnet de l’Académie

COTISATIONS 2018
Il est rappelé que les cotisations doivent statutairement être réglées
avant le 31 mars.
Merci à celles et ceux qui ont déjà fait le nécessaire

85 euros pour les membres associés
(85 + 10 euros si envoi bulletin par poste soit 95euros)
100 euros pour les membres titulaires
(100+ 10 euros si envoi bulletin par poste soit 110 euros)
Le Trésorier
                                                                                        Yves Barthet

décès
Comme annoncé en début de la séance privée du 27 avril-, nos académiciens Pierre Bouvet et Jacques Maureau ont assisté aux obsèques de M. Claude Ferrand, membre titulaire depuis 2004, samedi 14 avril 2018 en l’église de Mâchelles (Faveraye- Mâchelles) et présenté au nom de l’Académie les condoléances à la famille du défunt.

Mémoires de 2017
Les Mémoires de 2017 sont disponibles et ont été distribués lors de la séance académique du 9 et 26 février 2018. Ils peuvent être désormais retirés au secrétariat.

Prochaines communications
Vendredi 22 juin
	15h00 : Séance privée
	16h00 : Séance publique 	
Réception de deux membres titulaires

Eloge de M. Régis de Belenet par M. Georges Le Guillanton
- « La recherche en chimie à l’Université Catholique de l’Ouest de la fin du XIXe siècle aux années 2000.» par M. Georges Le Guillanton

Eloge de M. Jacques Thomé par M. Jean-Marie Limal
- « Glenn Gould : le dernier des Mohicans » par M. Jean-Marie Limal

Augustin de BETHUNE, Secrétaire 
Directeur de la Publication : Jean—Pierre BOIS.
Imprimé par nos soins.
ISSN : 1294-7938	 						
Dépôt légal avril 2018		

Nouveau numéro de téléphone	     Tél.   : 02. 41 .39. 13. 61.
Courriel : academie-dangers@wanadoo.fr
                 angers.academie@orange.fr
	Site Web : www.academie-dangers.fr
https://conjugaison.lemonde.fr/conjugaison/premier-groupe/retarder/%22%20%5Ct%20%22_blankmailto:academie-dangers@wanadoo.frmailto:angers.academie@orange.frhttp://www.academie-dangers.fr/shapeimage_2_link_0shapeimage_2_link_1shapeimage_2_link_2shapeimage_2_link_3

Retour à l’accueil