BULLETIN AVRIL 2016

 

RAPPEL COTISATIONS 2016
Il est rappelé que les cotisations doivent statutairement être réglées
avant le 31 mars.

                                                Merci à celles et ceux qui ont déjà fait le nécessaire
85 euros pour les membres associés
(85+ 10 euros si envoi bulletin par poste soit 95 euros)

                                                                    100 euros pour les membres titulaires
(100 + 10 euros si envoi bulletin par poste soit 110 euros)







                                                                                ACTIVITES
	                                                             L’Académie tiendra séance les : 


Vendredi 13 mai 2016
Hôtel de Livois



                                                                                            16h00
Séance publique

                                                                            Réception de deux membres titulaires

                                                        Eloge du Pr. Jean-Claude Renier par M. Lionel Coupris
                                                                                        - « Santé et transport aérien. »

                                                        Eloge de Mme Nicolle Morelle par M. Jean Hladik

                                                                         - « Etoiles et galaxies au sein de l’espace temps. »

                                                                             Prise de séance d’un nouveau membre associé 

                                                                                    Mme Mihaela GIRTAN






Vendredi 27 mai 2016
Hôtel de Livois

15h00
Séance privée


                                                                                              16h00
Séance publique

- « Le jugement et l’exécution de Joachim Murat, ex roi de Naples (13 octobre 1815). » par M. Gildard Guillaume
- « Le Maréchal de Vieilleville et les ligueurs. » par M. Jacques de Latrollière





SÉANCE PUBLIQUE DU 15 AVRIL 2016

Sont prÉsents 
M. Gilles d' AMBRIÈRES, Mme Monique ASTIÉ, M. Robert AUDOIN, M. Régis de BELENET, M. Jean-Pierre BOIS, M. Benoît BOUMARD, M. Pierre BOUVET, M. Christian BRÉGEON, M. Georges CESBRON, M. Lionel COUPRIS, M. Daniel COUTURIER, Mme Élisabeth du RÉau, M. Daniel GRUAU, Mme Josette FOURNIER, Mme Marie-Magdeleine LE DALL, M. Serge LE POTTIER, M. Gérard LESAGE, M. Jacques MAILLARD, M. Jacques-Henri MARTIN, M. Michel PECHA-SOULEZ, M. Bernard RICHE, M. Alain SAULNIER, Mme Florence SOULEZ-LARIVIÈRE, M. Michel VAISSIER,   membres titulaires

M. Jacques CHOPIN, M. Georges TIRAULT,   membres titulaires ÉmÉrites

M. Jean-Louis BEAU, M. Louis-Marie BEAUVOIS, M. Henri BRAULT, M. Jean Claude BROUILLARD, M. Dominique CHARBONNEL, M. Philippe de FRESNAY, M. Rémy GERNIGON, M. Jean-Louis GIARD, M. Jean-André GOUYETTE, M. Claude-Serge GUILLEMAIN, Mme Claude GUILLEMAIN, M. René JAMES, M. André JOUBERT, Mme Denise LAMAISON, M. Michel LAVÉDRINE, M. Jean-Marie LIMAL, M. Pierre MACHEFER, M. Dominique MAILLARD, Mme Françoise MARMIN, Mme Chantal MAUGEAIS, M. Jean MAUGEAIS, Mme Joëlle REMY, M. Jean ROBERT, Mme Jeanne ROGUET-PRIN, M. Alain ROUX, M. Bernard SARTON du JONCHAY, M. François-Michel SOULARD, M. Furcy SOULEZ-LARIVIÈRE, M. Guy TRIGALOT,   membres associÉs.

Mme Micheline LESAGE,   invitÉe

S’Étaient fait excusér :
M. Olivier d' AMBRIÈRES, M. Yves BARTHET, Mme Margreet DIELEMAN, M. Joseph GIBOIN, M. Jacques-Marie de LATROLLIÈRE, Mme Catherine LESSEUR, M. Jacques MAUREAU, M. Philippe PICHOT-BRAVARD, M. Jean-Claude REMY, M. Jacques THOMAS,   membres titulaires. 

Mme Simone BÉGUIER,   membre titulaire honoraire 

M. Max BARAT, M. Michel BERNARDIN, M. Pierre-Marie BETTON, M. Jérôme BODIN, Mme Luciole BOUCHÉ, M. François BOULÊTREAU, Mme Laurence CHARVOZ, Mme Jeanne DUVAL-LE GOFF, M. Pierre-Anne FORCADET, Mme Frédéricque FORCADET-BODIN, Mme Pascale GRÉMONT, M. François LECOQ-VALLON, Mme Françoise MARMIN, Mme Marie-Thérèse MOIGNET, Mme Christiane MULOCHER-GAIRE, M. Michel PENNEAU, Mme Hélène POLOVY, Mme Jocelyne RENOU, Mme Sylvette ROBSON, M. Philippe ROCQUET, Mme Christine STRULLU-DERRIEN, Mme Françoise TÊTU DE LABSADE, Mme Anne de VAUTIBAULT,   membres associÉs. 


	La section Histoire présente deux communications sur le thème de la frontière

- « Des limites au Moyen Age, encadrement, défenses, économie, passages et échanges dans un monde qui bouge. » par M. Michel Pecha-Soulez

	Jusqu'à l'époque moderne, s'agissant de la façon dont on peut qualifier le lieu, ou plutôt la zone, dans laquelle cesse de s’exercer l'autorité d'une institution, la terminologie est complexe.

	Au cours du premier millénaire, la notion et le mot de frontière sont anachroniques. La faible densité de la population dans le Bas empire, la dispersion de l'habitat, les divisions de l'Empire, l'éclatement du pouvoir central et la méconnaissance totale de la géographie rendent illusoire l'idée même de ligne de séparation claire et précise, d'autant d'ailleurs que le partage fréquent des territoires accroît les incertitudes sur les limites.

	Aux confins de l'Empire, la séparation fluctuante entre ville et ager d'une part, forêts et saltus d'autre part, n’empêchent pas les échanges entre la romanité et les royaumes qui la bordent. Les lieux d'échanges vont prospérer et les villes en sont les bénéficiaires. Les murailles qu'elles élèvent en font des lieux de richesses et de sécurité contre les tentations de la multiplicité des détenteurs d'un pouvoir. L’Église qui étend son pouvoir, surtout après sa reconnaissance par Constantin au début du IVème siècle, puis par l'évangélisation de la ruralité, va se structurer d'abord par les évêques détenteurs de fait de la fonction de Defensor Civitatis, puis par la création d'un réseau de paroisses de plus en plus dense. Les sacrements et l'obligation de culte font des curés les dépositaires de l'intime de la société et donc du pouvoir sur les habitants des paroisses. Le regroupement progressif de l'habitat consolide ces lieux de pouvoir. La taille réduite des paroisses favorise la connaissance des limites qui vont bientôt épouser la forme en lignes brisées de la propriété individuelle. 

En fin de période, la monarchie reprend le dessus sur l’Église et les bourgeois des villes entendent partager le pouvoir avec les anciens dominants.

	La discussion permet de préciser que la frontière est alors, en définitive, d'abord une zone d'échange, terme qui est d'ailleurs revenu à de nombreuses reprises dans la communication de notre confrère comme le souligne Jean-Pierre Bois. Elle permet aussi  d'insister sur le rôle clef de l’Église dans la définition et le contrôle du maillage territorial qui se dessine peu à peu tout au long du Moyen Age.

- «La notion de frontière au XVIIIe siècle, l’exemple du nord de la France. » par M. Gérard Lesage
	La frontière septentrionale de la France, telle que nous la connaissons aujourd’hui, s'est dessinée progressivement

	- d'abord, durant le 17ème siècle, par annexions successives, de la Picardie, puis de l'Artois, enfin, sous le règne de Louis XIV, du Cambrésis, ainsi que de la partie méridionale des provinces de Flandre et du Hainaut. Sont alors cédés au Roi de France, non pas des territoires mais un ensemble de lieux, en fait des villes avec leurs dépendances. Cette modalité de transmission débouche sur un enchevêtrement de souverainetés, avec un nombre conséquent d'enclaves, elles-mêmes contenant parfois des sous enclaves, situation qui faisait dire à Vauban qu'on arrivait à une « confusion de places amies et ennemies pêle-mélées ». Cela entraînait aussi une grande complexité pour les populations riveraines qui ne pouvaient faire, dit un texte, «  quatre pas sans emprunter une terre étrangère ».
	- ensuite au cours du 18ème siècle, par des négociations qui aboutissent, à partir d'échanges entre la France et l’Autriche, à la signature de conventions de limites en 1769 et 1779.

	A partir de là, tant sur le territoire avec l'installation de bornes, que sur les cartes grâce aux progrès décisifs de la cartographie, se dessine une frontière de type linéaire fixant avec précision les territoires de chacun des deux Etats frontaliers qui peuvent ainsi y exercer pleinement leur souveraineté, prendre notamment des mesures de police ( les Pays Bas autrichiens contrôlent ainsi strictement la frontière lors de l’épidémie de peste que connaît le sud de la France en 1720) mais aussi, et surtout, percevoir des droits de douane sur tout un ensemble de marchandises.

	Ces diverses mesures protectionnistes, si elles constituent un frein au passage des marchandises et des personnes, n'empêche pas les échanges, facilités par le caractère ouvert du paysage, l'existence de nombreuses voies de passage (routes et cours d'eau orientés perpendiculairement au tracé de la frontière) et l'identité de langue et de culture.

	Les échanges avec la salle permettront d'insister sur la pérennité du tracé de la limite tel qu'il a été déterminé par les conventions de compromis, ainsi que sur la mise en œuvre, dans ces régions, de dispositifs juridiques spécifiques comme le mentionne Gilles d'Ambrières lorsqu'il  évoque les concessions de polders en Flandre Maritime.


SÉANCES DU 29 AVRIL 2016

Sont prÉsents 
M. Gilles d' AMBRIÈRES, M. Olivier d' AMBRIÈRES, Mme Monique ASTIÉ, M. Robert AUDOIN, M. Yves BARTHET, Mme Véronique de BECDELIÈVRE, M. Jean-Pierre BOIS, M. Benoît BOUMARD, M. Pierre BOUVET, M. Christian BRÉGEON, M. Lionel COUPRIS, M. Daniel COUTURIER, Mme Élisabeth du RÉau, M. Joseph GIBOIN, M. Daniel GRUAU, Mme Josette FOURNIER, M. Jean HLADIK, M. Jacques-Marie de LATROLLIÈRE, Mme Marie-Magdeleine LE DALL, M. Serge LE POTTIER, M. Gérard LESAGE, M. Jacques MAILLARD, M. Bernard RICHE, M. Michel VAISSIER,   membres titulaires

M. Jacques CHOPIN, membre titulaire ÉmÉrite 

Mme Catherine-Maïten AUSCHITZKY, M. Louis-Marie BEAUVOIS, M. Pierre-Marie BETTON, M. Yves CADOU, M. Dominique CHARBONNEL, Mme Jeanne DUVAL-LE GOFF, M. Philippe de FRESNAY, M. Michel GARREAU de LABARRE, M. Rémy GERNIGON, M. Claude-Serge GUILLEMAIN, Mme Claude GUILLEMAIN, Mme Monique JOLLIVET-DAVID, M. Jacques KERYELL, Mme Denise LAMAISON, M. Didier LEROY, M. Pierre MACHEFER, Mme Christiane MULOCHER-GAIRE, M. Michel PENNEAU, M. Daniel RENAUD, M. Jean ROBERT, Mme Jeanne ROGUET-PRIN, M. Roland TRACCUCCI,   membres associÉs.

S’Étaient fait excusér :
Mme Yvette DAMS-MONVILLE, M. Claude FERRAND, M. Jacques MAUREAU, M. Jean-Claude REMY, M. François-Christian SEMUR, Mme Florence SOULEZ-LARIVIÈRE, M. Jacques THOMAS,   membres titulaires. 

Mme Simone BÉGUIER,   membre titulaire honoraire 

Mme Christiane ASTOUL, M. Max BARAT, M. Jacques BIZARD, Mme Françoise BIZARD, M. Roger BOISSEAU, M. François BOULÊTREAU, Mme Laurence CHARVOZ, M. Grégoire DUVAL, Mme Jeanne de GÉRIN-RICARD, M. Hervé du PONTAVICE, M. Pierre-Anne FORCADET, Mme Frédéricque FORCADET-BODIN, M. Jean-Louis GIARD, Mme Pascale GRÉMONT, M. François LECOQ-VALLON, M. Dominique MAILLARD, Mme Marie-Thérèse MOIGNET, Mme Joëlle REMY, Mme Jocelyne RENOU, Mme Sylvette ROBSON, M. Philippe ROCQUET, M. Furcy SOULEZ-LARIVIÈRE, Mme Christine STRULLU-DERRIEN, Mme Françoise TÊTU DE LABSADE, M. Guy TRIGALOT,   membres associÉs. 


SÉANCE PRIVEE DU 29 AVRIL 2016

	Le président Jean-Pierre Bois fait part tout d’abord du décès d’une part de Raoul Chevreul (arrière-petit-fils du célèbre chimiste angevin, il était membre honoraire de l’Académie dont il fut membre associé de 1960 à 2012), d’autre part de Wilhelmus Josephus Aloysisu Bots, ancien professeur à l’université de Groningen et ancien membre correspondant.

	Il annonce ensuite que notre confrère Jacques de Latrollière vient de recevoir la Légion d’honneur au titre des Anciens Combattants.

	Il rappelle enfin quelques moments importants dans le trimestre à venir :
-	Lors de la séance du 13 mai, notre nouvelle consoeur, Mihaela Girtan prendra séance. 

-	Le 20 mai, (horaire non encore fixé), notre confrère Claude-Serge Guilllemain, dans le cadre de l’exposition : En fanfare ! La musique militaire au XIXe siècle, au Musée du Génie, fera une conférence sur « Quand Madelon… Chansons et paroles de guerre »


-	Le 7 juin, de 13H30 à 17H30, à Paris (Fondation del Duca, 10 rue Alfred de Vigny) se tiendra une réunion informelle des présidents d’Académie, des correspondants CNA ou de leurs représentants. A cet égard Jean-Pierre Bois mentionne le point 6 de l’ordre du jour : « Réflexion de fond sur le rôle que pourraient jouer nos académies en ce début du XXIe siècle ». Toutes les questions et suggestions seront les bienvenues. La date limite d’inscription est fixée au 15 mai, le nombre d’inscrits ne devant pas excéder 3 par Académie.

-	Le 11 juin, se tient à l’Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres de Caen la réunion des Académies du Grand-Ouest. L’Académie d’Angers a présenté deux thèmes de communication, « Au fil de la Loire sous le pinceau de Jean-Jacques Delusse entre 1807 et 1829 » par Catherine Lesseur, et « Les Estuaires, interfaces entre le fleuve et l’océan » par  Patrick Gillet.

-	Le 16 juin, visite de jardins en Maine-et-Loire (Maulévrier, Château de la Baronnière à la Chapelle Saint-Florent, Epiré). A ce sujet, Joseph Giboin indique qu’il y a à ce jour 15 inscrits. Il reste donc 35 places disponibles, les inscriptions étant closes le 30 mai.

	Joseph Giboin indique que le prix de la vocation, appelé à honorer une association qui développe le lien social par le biais de la culture sera remis lors de la séance du 23 septembre, après la réception et la communication de Christophe Béchu, maire d’Angers et membre d’honneur de notre Académie. 


Recension d’ouvrages
Daniel Couturier rend compte des ouvrages reçus :

-	Le bulletin archéologique et scientifique du Vendômois qui contient un article sur Marescot ainsi que les actes du colloque sur la papeterie vendômoise.
-	Histoires d’Anjou, un ouvrage de notre confrère Serge Quentin qui, de manière originale, retrace 1000 ans d’histoire sous forme de 17 nouvelles 
-	Nicolas Beaurepaire, une biographie écrite par notre confrère et secrétaire général  Gérard Lesage qui rappelle le parcours étonnant d’un homme ordinaire appelé à devenir le premier héros célébré par la Première République
-	Le bulletin de l’Académie des Inscriptions et des Belles Lettres (juillet- octobre2013) avec un article sur « La demeure seigneuriale dans l’espace Plantagenêt. Salles, chambres et tours ».

SÉANCE PUBLIQUE DU 29 AVRIL 2016

- « Meusnier de La Place. » par M. Serge Le Pottier, Mme Josette Fournier et M. Roland Traccucci

	Jean-Baptiste Meusnier de la Place, comme l’atteste sa double carrière de militaire et de savant, est un personnage double, voire triple si l’on considère qu’à la période des Lumières un savant n’était guère encore spécialisé. Officier du génie donc, mais aussi mathématicien et chimiste, ce qui explique une présentation à trois voix.
	Né à Tours en 1754, dans une famille bourgeoise et dévote, il témoigne très jeune d’énormes facilités dans l’apprentissage des mathématiques. Aussi n’est-ce pas étonnant de le voir intégrer, en 1774, la prestigieuse école du corps royal du génie de Mézières. Là, il reçoit une formation très pointue en mathématiques mais aussi en géographie, et plus généralement en tout ce qui touche à la science des sièges.

	En 1777, il entre dans l’armée comme lieutenant en premier dans le corps du génie. Il y sera promu capitaine en 1787, lieutenant-colonel en 1789. Comme nombre de ses camarades de l’école de Mézières, il participe aux importants travaux entrepris dans la rade de Cherbourg.

	Parallèlement à sa carrière de soldat, il ne cesse de mener des recherches théoriques et appliquées dans le domaine des mathématiques et de la chimie. Il sera ainsi à l’origine d’un théorème dit de Meusnier qui fait progresser la compréhension de la courbure des surfaces, qu’il travaille sur les hélicoïdes et les caténoïdes, qu’il conçoit un projet d’aérostat anticipant sur la création des ballons dirigeables, qu’il invente une machine à imprimer le papier monnaie, une autre pour remonter l’eau de la Seine, qu’il réfléchit, à la demande du ministre de la guerre, à un nouveau système de transmission optique, etc. …

	Contemporain de Lavoisier, c’est aussi un chimiste de renom. C’est d’ailleurs cette fonction qui est mise en avant dans son dossier conservé aux archives de l’Académie des sciences. On l’y voit en effet présenté comme « chimiste, physicien, mathématicien général de division ».
	Dans ce domaine, il contribue à améliorer les processus de fabrication utilisés dans l’industrie chimique. C’est notamment l’objet de ses travaux sur la saponification ou encore sur la décomposition de l’eau au moyen de fers incandescents ou bien sur la recomposition de l’eau par la conjugaison d’oxygène et d’hydrogène, un gaz dont on sait l’importance qu’il occupait pour les aérostats.

	Elu à l’Académie des sciences en 1784 en tant qu’adjoint géomètre, puis l’année suivante en tant que membre associé de la classe de géométrie, Meusnier de la Place n’a ainsi cessé d’être aux avant-postes de la recherche scientifique. Son association avec Lavoisier notamment revêtit une grande importance. Ce fut en effet en très large part lui qui conçut les outils nécessaires aux expériences de ce savant.

	Il ne fut pas non plus indifférent aux débuts de la Révolution. Dès 1790, il adhère au club des jacobins et les mois qui passent le voient se radicaliser et épouser les thèses et les stratégies du courant robespierriste. C’est alors qu’il se mobilise pour la patrie en danger. En septembre 1792, il est nommé général de brigade. L’année suivante, il rejoint l’armée du Rhin et participe à la défense de Mayence. Il s’y illustre et y trouve la mort le 13 juin 1793. Un mois plus tôt, il avait été promu général de division, avancement dont il n’aura jamais connaissance. Dans le parc de la Prébende d’Or, là où, après mains épisodes, reposent ses restes, une statue rappelle son souvenir.



Carnet de l’Académie

décès

Comme annoncé ci-dessus, nous avons appris les décès de :
- M. Raoul Chevreul (arrière-petit-fils du célèbre chimiste angevin, il était membre honoraire de l’Académie dont il fut membre associé de 1960 à 2012)
- M. Wilhemus Josephus Aloysius Bots, (1930-2016), ancien professeur à l’Université de Groningen (Pays-Bas) qui fut quelques années membre correspondant à l’Académie d’Angers est décédé le 10 avril 2016.Il avait fait, le 27 avril 2007, à l’Académie une conférence sur Joachim du Bellay : « Joachim du Bellay et l’imprimerie » C’était un spécialiste du XVIe siècle 

L’Académie présente ses sincères condoléances aux familles des défunts.




Félicitations 

	Monsieur Jacques-Marie de Latrollière, membre titulaire de notre Académie, a été nommé chevalier de la légion d’honneur, au titre d’ancien combattant 39-45

rappel
Réunion de Section 
	Section Histoire
Vendredi 13 mai 2016 à 14h30 (petite salle attenante à la salle 208, salle des réunions)


Prochaines communications

Vendredi 13 mai 2016
	16h00 : Séance publique
Prise de séance de : Mme Mihaela Atena Gîrtan, élue membre associé le 26 février 2016
	Mme Mihaela Atena Gîrtan, maître de conférences en Physique, Université de Iasi (Roumanie) de 1995 à 2005, titulaire au Laboratoire de Photonique, Université d’Angers, depuis 2005, et détachée à l’ENSAM (Angers), (parrains MM. Jean-Claude Remy et Philippe Séjourné).

Réception de deux membres titulaires
Eloge du Pr. Jean-Claude Renier par M. Lionel Coupris
-« Santé et transport aérien. »

Eloge de Mme Nicolle Morelle par M. Jean Hladik
-« Etoiles et galaxies au sein de l’espace temps. »


Vendredi 27 mai 2016
	15h00 : Séance privée 
	16h00 : Séance publique 

- « Le jugement et l’exécution de Joachim Murat, ex roi de Naples (13 octobre 1815). » par M. Gildard Guillaume
	Tous les Français et beaucoup d'Européens connaissent le flamboyant cavalier Joachim Murat, héros de la plupart des grandes batailles napoléoniennes. Mais peu se souviennent qu'il fut roi de Naples et mourut le 13 octobre 1815 en Calabre, sous les feux d'un peloton d'exécution, après un simulacre de procès.

- «.Le Maréchal de Vieilleville et les ligueurs.» par M. Jacques de Latrollière
	Le Maréchal de Vieilleville, du nom de sa terre,  est témoin de l'époque des guerres de religion dans le Baugeois. Selon l'édition moderne du Célestin Port " le logis a été pillé par les ligueurs en 1589..." Pourquoi ce pillage...la personnalité du Maréchal reste entourée de mystère..."

Voyage culturel 
	Sortie annuelle de l’académie le jeudi 16 juin 2016 : visite de parcs et jardins de l’Anjou du plus exceptionnel au plus habituel sous la conduite de M. Jacques Bizard. 
	Les inscriptions (accompagnées d’un règlement de 55 € par personne) doivent être adressées à l’académie avant le 30 mai 2016. Le nombre est limité à 50 places. 


Rencontre-Interacadémique
	L’Académie de Caen organise la 3ème rencontre des Académies de l’Ouest, membres de la CNA, le 11 juin 2016. Cette rencontre aura pour thème « Fleuves, estuaires et civilisations».
L’Académie d’Angers présentera deux communications :
« Au fil de la Loire sous le pinceau de Jean-Jacques Delusse entre 1807 et 1829 » par Mme Catherine Lesseur,
et « Les Estuaires, interfaces entre le fleuve et l’océan ». par M. Patrick Gillet :


Gérard LESAGE
Secrétaire 

Directeur de la Publication : Jean—Pierre BOIS.
Imprimé par nos soins.
ISSN : 1294-7938								 
Dépôt légal avril 2016		
Nouveau numéro de téléphone	     Tél.   : 02. 41 .39. 13.61.
Courriel : academie-dangers@wanadoo.fr
angers.academie@orange.fr
	Site Web : www.academie-dangers.fr
mailto:academie-dangers@wanadoo.frmailto:angers.academie@orange.frhttp://www.academie-dangers.fr/shapeimage_2_link_0shapeimage_2_link_1shapeimage_2_link_2
Retour à l’accueilPublications.html